GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Près de 70 mineurs de la «jungle» de Calais transférés au Royaume-Uni

    media Des bénévoles d'ONG et d'églises locales s'apprêtent à accueillir des enfants de la «jungle» de Calais, à Croydon, le 23 octobre 2016. REUTERS/Peter Nicholls

    Pour la deuxième fois cette semaine, des enfants qui vivaient dans la « jungle » de Calais ont rejoint le Royaume-Uni, ce dimanche 23 octobre. Il s'agit cette fois d'environ 70 mineurs qui n'ont pas de famille au Royaume-Uni mais qui sont considérés comme vulnérables.

    Avec notre correspondante à LondresMarina Daras

    A la veille du démantèlement de la « jungle » de Calais, ces enfants n'y croyaient plus. Et pourtant, ils ont pu rejoindre l'Angleterre la nuit dernière. Ils font partie de ces mineurs dits vulnérables, car non accompagnés, ou physiquement et mentalement touchés par la guerre.

    Si le rapatriement familial est une loi européenne, le transfert de mineurs dit vulnérable ne l'est pas. C'est grâce à l'amendement sur la loi sur l'immigration, initiée par un ancien enfant réfugié devenu sénateur que ces enfants peuvent demander l'asile politique au Royaume-Uni.

    Un premier groupe de 14 adolescents était arrivé lundi 17 octobre pour retrouver des membres de leurs familles déjà installés en Angleterre. Selon l'ONG Citizen UK, ils ont entre 14 et 16 ans et viennent de Syrie, du Soudan, d'Erythrée et d'Afghanistan.

    Ce transfert n'avait pas plu à certains députés britanniques présents à leur arrivée dans le centre d'immigration de Croydon, au sud de Londres. Ils disent douter de l'âge des enfants et réclament des tests dentaires pour vérifier qu'ils sont tous réellement mineurs.

    En septembre dernier, Citizen UK avait identifié près de 800 mineurs non accompagnés vivant dans la « jungle ». De gros dysfonctionnements administratifs avaient bloqué le transfert de centaines d'enfants qui passeront leur dernière nuit ce dimanche soir à Calais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.