GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Malte: un avion de reconnaissance s'écrase avec cinq Français à bord

    media Un camion de pompier tente d'éteindre le feu de la carcasse de l'avion qui s'est écrasé juste après son décollage de l'aéroport de La Valette. REUTERS/Ed De Gaetano

    Un petit avion s'est écrasé à Malte, ce lundi 24 octobre au matin, avec cinq Français à bord. Ils devaient effectuer un vol de reconnaissance en Méditerranée pour le compte du ministère français de la Défense. Leur appareil s'est écrasé quelques secondes après son décollage de l'aéroport international et aucun passager n'a survécu. L'aéroport est fermé jusqu'à nouvel ordre et une enquête interne a été ouverte pour déterminer les causes de l'accident.

    L'appareil venait de décoller de Malte et se rendait officiellement en Libye. Il ne s'agit pas de n'importe quel appareil, mais d'un avion espion spécialement développé par la DGSE, le service de renseignement extérieur français, et utilisé pour des missions d'écoutes et de recueil électronique.

    Avion d'occasion discrètement récupéré aux Etats-Unis et profondément modifié pour emporter une électronique de pointe, il a été envoyé dès 2012 au Sahel pour des missions secrètes. L'appareil porte toujours son immatriculation américaine N577MX et opère officiellement au sein de la flotte privée de CAE au Luxembourg, « une entreprise de services » qui loue notamment des moyens de renseignements à l'armée française.

    Selon le ministère de la Défense, deux des cinq victimes étaient des salariés de CAE, sûrement l'équipage très souvent constitué d'anciens militaires habilités à effectuer des missions « secret défense ». Les autres relevaient du ministère de la Défense, très certainement des opérateurs de systèmes ou des services d'espionnage français (DGSE).

    Dans cette guerre qui ne dit pas son nom, la France vient donc de perdre officiellement huit personnels en charge de missions spéciales en Libye depuis l'été, après la mort de trois membres du service action, officiellement dans un crash d'hélicoptère, près de Benghazi en juillet dernier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.