GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Europe

    L’ONG Memorial publie une liste de prisonniers politiques en Russie

    media La prison de haute sécurité de Lefovorto, à Moscou. Alexey SAZONOV / AFP

    A l'occasion de la journée de commémoration des victimes de la répression politique, le 30 octobre, l'ONG Memorial publie une liste de prisonniers politiques en Russie. Ces listes comprennent des gens qui ont été jugés ou sont en attente de jugement et des personnes assignées à résidence. D'après Memorial, leur nombre a doublé, passant de 50 à 102 entre 2015 et 2016. Et pour la première fois, Memorial publie une liste de personnes persécutées en raison de leurs croyances religieuses.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Les prisonniers de conscience sont une cinquantaine, tous musulmans, auxquels il est reproché de ne pas faire partie de structures officielles. Ce sont des adeptes du théologien décédé Saïd Nursi ou des sympathisants du groupe Hizb ut-Tahrir, interdit en Russie, mais autorisé en Ukraine. Les personnes poursuivies sont souvent des Tatars de Crimée. Memorial précise qu'aucune des personnes figurant sur ses listes n'a appelé à la violence.

    La liste des prisonniers politiques comprend 52 noms de personnes victimes du caractère répressif d'une politique d'Etat. Parmi ces prisonniers politiques, Memorial évoque les Tatars de Crimée, les Ukrainiens comme le réalisateur Oleg Sentsov, où la responsable de la bibliothèque ukrainienne de Moscou.

    L'ONG cite aussi les personnes qui ont exercé leurs droits à la liberté de rassemblement ou d'expression, comme les manifestants contre l'élection de Vladimir Poutine début 2012, ou comme Ildar Dadin, condamné pour avoir brandi une pancarte sans autorisation ou encore des personnes ayant exprimé une opinion sur internet. Enfin, des membres de la société civile, comme certains écologistes emprisonnés sont aussi considérés comme des prisonniers politiques.

    Dans la plupart des cas ces personnes sont condamnées pour espionnage ou en vertu de l'article 41, qui comprend les accusations fourre-tout d'extrémisme, incitation à la haine, ou offense au sentiment des croyants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.