GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: des milliers de limogeages supplémentaires et des médias supprimés

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors de la fête de la République, le 29 octobre 2016. REUTERS/Umit Bektas

    Depuis le putsch manqué en juillet dernier, plus de 35 000 personnes ont été arrêtées en Turquie et plusieurs dizaines de milliers de professeurs, policiers et magistrats, notamment, ont été limogés ou suspendus. Et les purges continuent. Le président Erdogan vient de limoger plus de 10 000 fonctionnaires supplémentaires.

    Le président turc vient de publier deux décrets, au terme desquels plus de 10 000 fonctionnaires sont purement et simplement licenciés et plus de 15 médias, pro-kurdes pour la plupart, sont supprimés.

    Les élections de recteurs d'universités sont également supprimées. C'est le président lui-même qui les nommera à présent. Officiellement, ces mesures sont prises dans le cadre de l'état d'urgence instauré après la tentative de putsch de juillet dernier.

    Les autorités turques accusent Fethullah Gülen, un prédicateur exilé aux Etats-Unis, d'avoir ourdi le coup d'Etat raté, ce que l'intéressé dément. Les purges concernent particulièrement des fonctionnaires des ministères de l'Education, de la Justice et de la Santé.

    Vers le retour de la peine de mort

    Les autorités turques affirment que ces mesures d'exception sont nécessaires et rappellent que 241 personnes ont été tuées pendant la tentative de putsch. Le président Erdogan a également demandé que le rétablissement de la peine de mort soit soumis au Parlement par le gouvernement.

    D'une ampleur inédite en Turquie, ces purges suscitent l'inquiétude des partenaires occidentaux de la Turquie et d'organisations de défense des droits de l'homme. Ces dernières redoutent que l'état d'urgence en vigueur, les licenciements et les fermetures de médias ne servent de prétexte pour réprimer toute voix dissidente en Turquie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.