GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    CPI: nouveau coup dur avec le retrait de la signature de la Russie

    media Le siège de la Cour pénale internationale à La Haye, aux Pays-Bas. Wikipedia

    La Russie vient d’annoncer ce mercredi 16 novembre qu’elle retirera sa signature du Statut de Rome, le traité fondateur de la Cour pénale internationale. C’est un coup dur pour la CPI et Sidiki Kaba, le président de l’Assemblée des Etats parties au Statut de Rome a lancé un vibrant appel « Ne partez-pas ! » lors de l’ouverture de la 15e Assemblée à la Haye. Cet appel s’adresse notamment aux trois pays africains ayant annoncé récemment leur retrait de la CPI : la Gambie, l’Afrique du Sud et le Burundi.

    Il y a plusieurs raisons à la décision de la Russie de retirer sa signature du Statut de Rome créant la CPI. Tout d'abord, la Cour Pénale Internationale, qui jusqu'à présent n'avait prononcé que quatre verdicts en 14 ans d'activité, tous les quatre pour des faits commis en Afrique, avait annoncé fin janvier l'ouverture d'une enquête sur la guerre russo-géorgienne de 2008.

    La CPI enquête également sur le soulèvement pro-européen en Ukraine et sur le conflit qui a suivi dans l'est de ce pays, où Moscou est accusé de soutenir militairement les séparatistes prorusses. Mais il y a aussi le conflit en Syrie et l'intervention militaire russe aux côtés du régime de Bachar el-Assad, avec notamment les bombardements meurtriers des civils à Alep. Là dessus, Moscou a bloqué devant le Conseil de sécurité des Nations unies, plusieurs tentatives d'en référer à la Cour pénale Internationale.

    Moscou veut prendre le leadership d’un monde alternatif

    Par ailleurs, cette annonce de retrait de la Russie intervient dans le contexte d'un mouvement général de méfiance, de remise en question, voire de rejet de la CPI. N'oublions pas que trois pays africains ont récemment annoncé leur retrait pur et simple de la Cour, évoquant un « puissant sentiment d’injustice » quant au fonctionnement de cette institution. Il s'agit de la Gambie, de l’Afrique du Sud et du Burundi, des pays qui avaient ratifié le Statut de Rome, donc le traité international qui a crée la CPI, alors que la Russie n'avait fait que signer ce traité, ce qui constitue seulement l'étape préalable à l'adhésion.

    Dans ce contexte d'affaiblissement de la CPI, Moscou saisit l'occasion pour se désengager complétement de la Cour, et tout cela est logique, car la Russie de Vladimir Poutine veut remettre en cause cette partie-là de la mondialisation, elle veut surtout remettre en cause les institutions internationales, qu'elle perçoit comme servant les intérêts des occidentaux. Jean Branco, spécialiste en droit international, auteur de L’ordre et le monde : critique de la CPI paru aux éditions Fayard, pense qu'en fait Moscou veut prendre le leadership d'un monde alternatif, qui se serait « affranchi » de la suprématie occidentale.

    Washington a rejeté une enquête de la CPI sur des crimes de guerre en Afghanistan

    On peut s’interroger aussi sur les conséquences que pourrait avoir la décision de la Russie de retirer sa signature de l’acte fondateur de la Cour Pénale Internationale. En tout cas, il n’y aura aucune implication juridique pour ce pays, n’ayant pas adhéré au traité aucune obligation légale ne lui était opposable.

    Pour la CPI, par contre, qui est en proie à des critiques sur son manque d’indépendance et d’efficacité, l'affaiblissement pourrait être fatal. Le sentiment de mise danger, pour la mission et pour l'existence même de la Cour, est amplifié par la décision de la Russie.

    N'oublions pas aussi que les Etats Unis, à leur tour, ont signé le Statut de Rome, sans le ratifier. Washington a rejeté, très récemment, les résultats préliminaires d'une enquête de la CPI sur d'éventuels crimes de guerre qu'auraient perpétrés en Afghanistan, dans les années 2000, des militaires américains et des agents de la CIA.
    Avec la mise à mal de la Cour pénale internationale, on pourrait voir aussi la fin d'une belle utopie, celle d'une justice universelle.

    →Re(lire): Possibles crimes commis par des Américains: quelle stratégie pour la CPI?

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.