GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Peine de mort, migrants: Recep Tayyip Erdogan continue à défier l’UE

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 25 novembre 2016. Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace/Handout via REUTERS

    Lors d’un discours à Istanbul ce vendredi 25 novembre, le président Recep Tayyip Erdogan a menacé d’ouvrir les frontières de la Turquie pour laisser passer les migrants vers l’Europe et répété qu’il était prêt à valider un rétablissement de la peine de mort.

    Recep Tayyip Erdogan est en colère. Au lendemain d’un vote du Parlement européen - non contraignant - pour un gel des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, le président a haussé le ton en agitant la menace d’un nouveau flux de migrants sur les côtes européennes.

    « Vous avez poussé de hauts cris lorsqu'il y avait 50 000 réfugiés à la frontière bulgare. Et si la Turquie ouvrait ses frontières ? vous demandiez-vous. Eh bien si vous continuez dans cette direction, nous allons les ouvrir, ces frontières, sachez-le ! » a-t-il lancé lors d’un discours à Istanbul, provoquant une salve d’applaudissements.

    L’Allemagne a réagi en affirmant que « menacer » le pacte signé entre la Turquie et l’Union européenne « n’avance à rien ». La France a estimé que « les surenchères et polémiques sont tout à fait contre-productives ». La Grèce a quant à elle exprimé son inquiétude. Son vice-ministre de la Défense Dimitris Vitsas a déclaré que l’instrumentalisation des réfugiés équivaudrait à un « acte d’agression ». 

    Cette nouvelle passe d’armes intervient dans un contexte particulièrement tendu entre l’Union européenne et la Turquie, suite à la tentative de putsch manqué du 15 juillet et les purges qui s’en sont suivies. Dans la résolution votée jeudi, les eurodéputés ont dénoncé des « mesures répressives » « disproportionnées ». Ils ont par ailleurs prévenu qu’un « rétablissement de la peine capitale » en Turquie « devrait entraîner une suspension officielle du processus d’adhésion ».

    En dépit de cet avertissement, Recep Tayyip Erdogan a encore répété ce vendredi qu’il promulguerait le rétablissement de la peine capitale abolie en 2004 si les députés le votaient.

    Pression

    N'étant pas contraignante, cette résolution du Parlement européen n'engage en rien l'Europe, rappelle notre bureau à Bruxelles. La Commission européenne, répète qu'elle est fermement engagée dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, puisqu'elle a reçu mandat des vingt-huit capitales pour négocier avec Ankara. Et la haute représentante pour la politique extérieure de l'Union, Federica Mogherini, martèle la nécessité de l'ancrage européen de la Turquie. De la même façon, les Etats membres se disent pleinement liés par les accords sur les réfugiées signés avec Ankara en mars et la chancelière allemande avertit ses partenaires européens d'avoir à le respecter.

    Mais tout ceci n'est que superficiel. Dans un deuxième temps, Angela Merkel affirme expressément que les Turcs doivent eux aussi respecter l'accord signé en mars pour que les migrants ne se lancent pas dans la mer Egée. Ceci est significatif de l'attitude des capitales européennes, finalement assez satisfaites de laisser le Parlement tirer la sonnette d'alarme. Le refus de la peine de mort étant un principe fondamental pour l'UE, la perspective de son rétablissement en Turquie sonnerait la fin des négociations et les Européens espèrent malgré tout que leurs menaces feront entendre raison à Recep Tayyip Erdogan.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.