GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Serbie: un premier procès sur le massacre de Srebrenica

    media Une femme cherche le nom de ses proches au Mémorial dédié aux victimes du massacre de Srebrenica, le 17 mai 2012. REUTERS/Dado Ruvic

    Pour la première fois, la justice serbe organise, à partir de ce lundi 12 décembre, le procès d’auteurs présumés du massacre de Srebrenica, en Bosnie, en 1995. Nedjelko Milidragovic, surnommé « Nedjo le boucher », comparaît avec sept autres membres d’une unité policière spéciale.

    Ils sont accusés d’avoir ordonné ou participé à l’exécution de plusieurs centaines de musulmans bosniaques en une seule journée, dans un entrepôt près de Srebrenica, dans l’est de la Bosnie. Selon l’enquête, les policiers ont tiré à l’arme automatique dans l’entrepôt et y ont jeté des grenades. Le commandant de la brigade, Nedjelko Milidragovic, un ancien boucher, aurait ordonné à ses hommes : « personne ne doit sortir vivant de l’entrepôt ».

    Les huit accusés, tous originaires de Bosnie, ont obtenu la nationalité serbe après la fin de la guerre en ex-Yougoslavie. Ils comparaissent libres et encourent vingt ans de prison.

    C’est la première fois que la justice serbe organise un procès d’auteurs présumés du massacre de Srebrenica, où, en quelques jours, dans les derniers mois de la guerre, les forces serbes de Bosnie ont massacré 8 000 hommes et adolescents bosniaques en juillet 1995. Il s’agit de la pire tuerie sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale.

    Les huit hommes sont accusés de « crimes de guerre contre la population civile », car la justice serbe ne considère pas ce massacre comme un génocide, contrairement à la justice internationale. Le Tribunal pénal international de La Haye a ainsi condamné l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, à 40 ans de prison en mars dernier.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.