GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Mars
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
Mardi 28 Mars
Aujourd'hui
Jeudi 30 Mars
Vendredi 31 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Solidarité: des militants lancent une marche civile de Berlin jusqu’à Alep

    media Beaucoup de manifestations en soutien à Alep ont eu lieu en Europe. Ici le 14 décembre 2016 à Sarajevo. REUTERS/Dado Ruvic

    Ce lundi 26 décembre, un groupe de militants va quitter Berlin à 10 h (heure locale) et marcher, pendant plusieurs mois, en direction d’Alep en Syrie. Ils sont une centaine de citoyens européens à avoir organisé cette marche civile qui suivra la route des migrants dans le sens inverse. Tous les « citoyens ordinaires » sont invités à les rejoindre le long du parcours pour faire preuve de solidarité avec le peuple syrien.

    Le rendez-vous est pris ce lundi 26 décembre, à 10 h du matin, devant l’ancien aéroport de Tempelhof à Berlin. Ce site accueille aujourd’hui l’un des plus grands foyers de demandeurs d’asile de la capitale allemande. Un lieu hautement symbolique pour le départ d’une marche civile vers Alep en Syrie.

    Cette initiative, lancée par la journaliste polonaise Anna Alboth et son conjoint photographe, devrait durer plusieurs semaines. « La marche civile pour Alep est une idée qui émane d'un groupe d'Européens qui en ont assez de regarder ce qu'il se passe en Syrie. C'est un mouvement spontané, explique Anna Alboth. Nous sommes de différentes nationalités et de différentes religions, mais on a tous une chose en commun : nous sommes allés à des manifestations, nous avons envoyé de l'argent pour des organisations humanitaires, ainsi que des pétitions à nos dirigeants politiques, mais on a tous le sentiment que ce n'est pas assez, et que ça n'aide pas vraiment. On se sentait donc vraiment impuissants. Je ne suis pas naïve, je sais qu'on ne va pas mettre fin à la guerre en Syrie, mais je crois que nous pouvons avoir un impact, les citoyens ordinaires, si nous sommes ensemble. »

    Une « marche ouverte à tous »

    A la veille du départ, plus de 2 800 personnes étaient inscrites sur la page Facebook de « la marche civile pour Alep », s’engageant ainsi à faire tout ou partie du chemin. « Je reçois des informations comme quoi beaucoup de gens veulent se joindre à nous en chemin, juste quelques heures, ou une journée. C'est super, se réjouit la journaliste. Je voudrais que cette marche soit ouverte à tous, que des familles puissent venir même quelques heures avec leurs enfants pour faire partie du mouvement et pour faire preuve de solidarité. »

    Les militants vont remonter la fameuse route des Balkans en sens inverse. Ce chemin a été emprunté par des centaines de milliers de réfugiés pour fuir la guerre et les bombardements en Syrie. Pour ces activistes, trop c’est trop. Il était donc temps d’agir. Dans une vidéo postée sur son site internet, Anna Alboth déclarait il y a quelques semaines : « Nous pouvons faire quelque chose. Je souhaite transformer ces larmes et cette colère en action. Je ne veux pas seulement exprimer ma solidarité avec Alep, je veux aller à Alep ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.