GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Rajoy toujours opposé à un référendum sur l'indépendance de la Catalogne

    media Mariano Rajoy au Parlement espagnol le 26 octobre 2016. ®REUTERS/Sergio PerezEl conservador

    Dans ses vœux aux Catalans, Carles Puigdemont a dit sa volonté d'organiser un référendum l'année prochaine sur la question. Jamais, lui a répondu le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. La Catalogne souhaite se séparer de l'Espagne depuis longtemps et pour cette nouvelle année, il y aura de « grands changements dans notre pays », a promis Carles Puigdemont.

    Cette promesse avait déjà été faite aux Catalans. Il y a deux ans, le référendum sur l'indépendance de la Catalogne n'avait finalement été qu'une consultation symbolique.

    « Cette année sera cruciale pour notre pays », a promis Carles Puigdemont dans un message télévisé pour ses vœux de fin d'année.

    « Nous, les Catalans, nous déciderons librement de l'avenir de notre pays lors d'un référendum légal et contraignant, a-t-il déclaré. Légal parce qu'il sera fait en accord avec la loi, et contraignant, parce que le choix des citoyens catalans devra être appliqué par le gouvernement et le parlement sans délai et sans excuses ».

    Rajoy toujours opposé au référendum

    Selon les sondages, les séparatistes et les partisans d'une Catalogne espagnole seraient aujourd'hui au coude-à-coude. Mais encore faudrait-il que l'État central accepte un tel référendum. Et visiblement Mariano Rajoy n'a toujours pas changé d'avis.

    « Ni moi, ni aucun chef de gouvernement en Espagne n'accepterons la destruction de la souveraineté nationale, de notre histoire et de notre unité et nous ne laisserons pas aux Catalans la possibilité de choisir entre être catalans, espagnols ou européens puisqu'ils sont déjà catalans, espagnols et européens », a déclaré le Premier ministre espagnol.

    Les socialistes de Catalogne ainsi que la branche catalane du parti Podemos ont critiqué le discours de Puigdemont, estimant qu'il oubliait la moitié de la population de la région.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.