GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Attentat à Izmir: un assaillant en fuite, le PKK soupçonné

    media Un officier de la police turque sur le site de l'explosion, devant le tribunal d'Izmir, le 5 janvier 2017. EMRE TAZEGUL / AFP

    En Turquie, cinq jours après l’attaque contre une discothèque à Istanbul qui a fait 39 morts, un autre attentat a eu lieu ce jeudi après-midi à Izmir. Une voiture piégée a explosé devant le palais de justice de la ville. On compte au moins deux morts dont un policier et six blessés. Deux des assaillants ont été tués, un troisième est toujours recherché. Avec le tireur responsable du massacre à Istanbul il y aurait donc à l'heure actuelle deux terroristes en cavale dans le pays.

    Avec notre correspondant à IstanbulAlexandre Billette

    C’est peut-être un massacre encore plus sanglant qui a été évité, car ce n’est pas seulement une voiture chargée d’explosifs qui devait être déclenchée : les trois hommes ont d’abord quitté le véhicule avant de le faire exploser, puis avaient visiblement l’intention de poursuivre l’assaut.

    On a retrouvé auprès des corps de deux terroristes des fusils d’assaut et au moins huit grenades offensives, tandis que selon les autorités locales une autre voiture piégée a été retrouvée à proximité et a été désactivée par les policiers.

    L’explosion a eu lieu devant le parking adjacent au tribunal d’Izmir. Sur les premières vidéos diffusées, on entend clairement des échanges de coups de feu et les premières images sur internet montraient deux hommes inanimés au sol, lourdement armés.

    EI, PKK ou DHKP-C ?

    Cinq jours après l’attaque de la discothèque d’Istanbul, la thèse de l’EI a été rapidement évoquée, mais le gouverneur d’Izmir a déjà affirmé lui, que l’attaque portait la signature du PKK : la méthode utilisée et la cible visée ne ressemblent pas à ce qu’a fait le groupe État islamique en Turquie lors des attentats qui lui ont été attribués avec l’utilisation notamment, de voitures piégées. Et plus encore en raison de la cible, un tribunal, donc une institution de l’État turc souvent visée par le PKK.

    En revanche une autre hypothèse circule également, c’est celle de mouvements d’extrême-gauche comme le DHKP-C, un autre mouvement classé comme terroriste par les autorités turques, à qui on avait attribué justement une prise d’otage dans un tribunal à Istanbul en 2015.

    Puisque l’un des trois responsables de l’attaque d’Izmir s’est enfui il y a maintenant deux « terroristes » en cavale dans le pays avec le tireur de la discothèque Reina. Déjà après l’attentat d’Istanbul, beaucoup de questions avaient été soulevées sur l’incapacité et sur les failles notamment des services de renseignements… C’est d’autant plus le cas aujourd’hui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.