GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Après les récents attentats, la purge sans fin continue en Turquie

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan pose avec des officiers de police lors d'un match de football de gala au stade Vodafone Arena d'Istanbul. REUTERS/Yagiz Karahan

    En Turquie, la saison des purges se poursuit dans l’administration, six mois après le coup d'Etat raté du 15 juillet. Les congédiés ont été si nombreux depuis l’été dernier qu’il est désormais difficile de tenir le compte. Au moins 110 000 personnes, peut-être davantage, auraient perdu leur emploi en raison de leur soutien supposé à l’imam Fethullah Gülen, le cerveau présumé du putsch. Mais les purges vont bien au-delà des sympathisants de l’imam, et visent également des institutions kurdes.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Le Parlement turc a prolongé l’état d’urgence pour trois mois mardi dernier, et c’est justement en vertu de cet état d’urgence que les nouveaux licenciements ont été prononcés.

    Plus de 6 000 fonctionnaires des ministères de l'Intérieur, de la Justice, de la Santé ont ainsi été renvoyés par décret paru au Journal officiel. On leur reproche d'avoir été liés au mouvement de Fethullah Gülen.

    Sont notamment concernés plus de 2 500 policiers, alors que l’efficacité des services d’ordre et de renseignement est remise en cause après les deux attentats qui ont frappé la Turquie en moins d’une semaine (voir ici et ).

    Mais ce ne sont pas seulement les sympathisants de M. Gülen qui ont été visés cette semaine : des institutions culturelles kurdes ont également été fermées par décret, comme l’Institut kurde d’Istanbul.

    Tandis que deux autres maires kurdes ont été destitués vendredi, une cinquantaine de mairies sont désormais gérées par des administrateurs nommés par l’État, les anciens élus étant accusés de « soutenir » le terrorisme du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

    → À relire : Putsch raté en Turquie, premières condamnations à la perpétuité

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.