GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 25 Septembre
Mardi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Chypre : nouvelles négociations, nouveaux espoirs de réunification

    media Nicos Anastasiades, président de la République de Chypre arrive à Genève, pour les négociations de réunification de Chypre aux Nations unies, le 11 janvier 2017. REUTERS/Pierre Albouy

    Les négociations entre les dirigeants chypriotes grec et turc ont repris lundi 9 janvier au Palais des Nations, siège de l'ONU à Genève. Objectif affiché : essayer de régler le problème de la division de l’île. Et la tâche n’est pas facile.

    Chypre est divisée depuis que l'armée turque a envahi, il y a 42 ans, la partie nord de l'île en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher le pays à la Grèce, ce qui inquiétait la minorité turcophone de l'île. Dans le passé, plusieurs tentatives de réunification de Chypre ont échoué.

    Est-ce que cette fois sera la bonne ? Tout le monde l’espère, et les commentaires de la presse européenne sont prudemment optimistes. Des sources proches de la délégation turque avaient affirmé au début des négociations de Genève que seuls huit à dix sujets posaient vraiment problème.

    Droits de propriété

    Pour Gilles Bertrand, enseignant-chercheur à Sciences Po Bordeaux, il s’agit principalement des droits de propriété. Plus exactement, « de compensations ou de restitutions des propriétés des Chypriotes grecs qui ont fui, ce qui est actuellement la zone occupée par l’armée turque, et des Chypriotes turcs qui avaient dû fuir et qui ensuite ont été tous regroupés dans la zone Nord ».

    Selon le chercheur, « il y a là un problème juridique assez complexe ». Non seulement il faut choisir entre compensations et restitutions, mais il faut aussi déterminer leur prix. Faudra-t-il le fixer selon la valeur des biens de 1974 ou celle de 2017 ?

    Questions qui fâchent

    D’autres problèmes qui restent à résoudre ne sont pas beaucoup moins complexes. Par exemple, « la question du partage du pouvoir entre les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs ». Reviendra-t-on au système où, vu les proportions de la population, le président était grec et le vice-président turc ? Trouvera-t-on un autre système ? Selon quels critères ?

    Une autre question qui fâche : les Chypriotes grecs souhaitent le départ de tous les soldats turcs, mais les représentants de la partie turque de l’île veulent en garder un certain nombre. Les dirigeants des deux communautés se sont engagés à présenter ce mercredi 11 janvier des cartes sur les arrangements territoriaux dans la future fédération qui serait composée de deux entités - chypriote grecque et chypriote turque. S’ils tiennent leurs promesses, ce sera un pas majeur vers la solution du conflit.

    Réunification : si proche, si lointaine

    L’ancien directeur du journal Cyprus Mail, Kosta Pavlowitch, estime qu’il s’agit vraiment d’une dernière chance. « La réunification – explique-t-il – est certainement plus proche qu’elle ne l’a été à aucune autre occasion par le passé, du fait de la bonne volonté des dirigeants de part et d’autre. Mais elle semble en même temps terriblement lointaine. Il y a le sentiment que s’il n’y a pas de réussite cette fois-ci, alors la question de la réunification est finie » et on se dirige plutôt « vers une partition plus ou moins officielle » de l’île.

    Donc, pour Kosta Pavlowitch, « c’est certainement la dernière chance ». Pour cette raison, « les dirigeants et la communauté internationale mettent le paquet pour essayer de réussir la solution, mais si cela ne marche pas cette fois-ci, je pense que c’est fini pour de bon ».

    Marginaliser les nationalistes

    Pour le moment, tous les espoirs sont encore permis. Mais les négociations, cela ne fait pas tout. Même si elles aboutissent à un accord, les décisions négociées par les dirigeants devront encore être acceptées par la population dans un référendum. Or, Gilles Bertrand rappelle qu’en 2004 « les Chypriotes grecs avaient repoussé l’accord proposé par les Nations unies ».

    Selon le chercheur, cela veut dire « qu’il va falloir, pour les deux présidents, parvenir à marginaliser les nationalistes de part et d’autre, qui sont, sans le dire parfois, favorables à une partition définitive ». Pour Gilles Bertrand, « il n’y a guère d’autre solution » qu’un Etat fédéral. « Une réunification qui aboutirait à un Etat unitaire et centralisé – les Chypriotes turcs n’en veulent pas ».

    Les négociations bilatérales seront suivies, le jeudi 12 janvier, d’une conférence avec la participation des Etats garants de la sécurité de l'île: la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni. Les garanties que les deux parties souhaitent obtenir concernant leur sécurité en seront le sujet principal.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.