GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La majorité des députés LREM a voté pour, mais 52 d'entre eux se sont abstenus et surtout 9 ont voté contre le texte. L'ensemble de la gauche s'est prononcée contre. LR et UDI-Indépendants se sont en majorité opposés au texte.

    Europe

    Europe: Moscou dénonce la présence d’un convoi de blindés américains à l’Est

    media Un char américain débarqué dans le port allemand de Bremerhaven, le 6 janvier 2017. PATRIK STOLLARZ / AFP

    Un important convoi de véhicules blindés américains est entré jeudi 12 janvier en Pologne. Il s'agit d’un des plus grands déploiements des forces américaines en Europe depuis la Guerre froide. La présence par rotation de l'unité blindée en Pologne, mais aussi dans les pays baltes, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie, doit renforcer la sécurité de la région, inquiète du comportement de la Russie. L'opération a aussitôt été dénoncée par Moscou.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Pour le Kremlin, cette opération constitue « une menace », a déclaré le porte-parole de la présidence Dmitri Peskov. « Il s'agit d'une menace contre nos intérêts et notre sécurité », a-t-il ajouté, dénonçant, sans citer nommément les Etats-Unis, le fait qu'un « pays tiers, même pas un pays européen, renforce sa présence militaire à nos frontières en Europe ».

    Pour Moscou, ce déploiement est « un facteur de déstabilisation pour la sécurité européenne ». La propagande russe évoque des bruits de bottes dans l'est de l'Europe et affirme que cela inquiète les Européens à l'exception de la Pologne et des pays baltes que ce déploiement rassure. Un déploiement que Barack Obama s'empresserait de réaliser avant la prise de fonction de Donald Trump, qui, selon la presse de propagande russe, « ne souffre pas lui de phobie anti-russe congénitale ».

    En fait, ce déploiement n'est en rien une surprise puisqu'il a été entériné lors du dernier sommet de l'Otan à Varsovie en juillet. Et cette année, au moins deux rencontres Otan-Russie se sont tenues à Bruxelles, prouvant que le dialogue n’est pas rompu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.