GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: l'hiver frappe durement les réfugiés sur les îles de la mer Egée

    media Un réfugié dans le camp de Moria sur l'île grecque de Lesbos, le 10 janvier 2017. Petros Tsakmakis/Intimenews via REUTERS

    Amnesty International lance un appel à la Commission européenne pour trouver une solution pour les réfugiés et migrants bloqués sur les îles grecques depuis l’accord Union européenne-Turquie. L’organisation non gouvernementale demande le transfert des demandeurs d’asile vers le continent et leur relocalisation vers d’autres pays européens, car la capacité d’accueil locale est dépassée. Cet appel intervient, alors, qu’avec l’arrivée du mauvais temps, beaucoup de réfugiés se sont retrouvés à dormir dehors sous des petites tentes couvertes de neige et sans chauffage.

    Avec notre correspondante en Grèce, Charlotte Stiévenard

    Dans le camp de Moria, sur l’île de Lesbos, cet Ivoirien de 27 ans dort depuis plusieurs jours dans une tente recouverte de neige, sans chauffage. Dans un message vocal, il décrit les conditions dans lesquelles il vit : « Moi, je vous dis, où on dort, il n'y a pas de chauffage, il n’y a rien. C’est nous qui avons payé du chauffage par nos propres moyens pour essayer de se chauffer avec ça dans notre tente ».

    Dans une interview à la station de radio Real FM, le ministre grec adjoint à la Défense Dimitris Vitsas s’est défendu. Il explique que le gouvernement a été « pris au dépourvu ». Au contraire, le directeur d’Amnesty International Grèce, Iraklis Aktypis explique qu’une chercheuse de l’organisation, Lia Gogou, avait déjà constaté ces problèmes lors d’une visite en décembre : « Elle dit que la situation était assez claire à ses yeux, c’est-à-dire qu’on aurait pu anticiper la situation actuelle et on aurait pu prendre toutes les mesures nécessaires afin que ces gens là ne soient pas à ce moment dans cette situation inhumaine dans les îles grecques ».

    Ces derniers jours, deux grandes tentes chauffées ont été installées pour que les familles puissent se mettre à l’abri. Le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés tente de reloger les personnes les plus vulnérables dans des hôtels. Et le gouvernement a décidé d’envoyer un bateau sur place qui servira de logement d’urgence.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.