GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    A Davos, la France espère bien tirer profit du Brexit

    media A Davos, Michel Sapin espère réussir à attirer en France des entreprises effrayées par la perspective du Brexit. FABRICE COFFRINI / AFP

    A Davos, qui accueille comme chaque année le Forum économique mondial, le discours de Theresa May devant les grands patrons n'a pas vraiment rassuré. L'option d'un «hard Brexit», un Brexit dur, va pousser de nombreuses entreprises à revoir leur stratégie et la France espère bien en tirer profit.

    Avec notre envoyée spéciale à Davos, Mounia Daoudi

    Après plus de six mois de grand flou, la Grande-Bretagne a enfin levé le voile sur ses intentions : ce sera un Brexit dur avec une sortie du marché commun. Une clarification plus que bienvenue à en croire Pierre Moscovici, le commissaire européen à l'Economie.

    « La clarification de Mme May lève l’incertitude. Maintenant, le processus de négociation va pouvoir s’ouvrir, mais il est impossible de prévoir ce qui en sortira, toute réflexion là-dessus est pure spéculation », explique l’ancien ministre français.

    Convraincre de l'attractivité française

    Pourtant de nombreuses entreprises financières redoutent la perte du passeport européen qui les autorise à exercer dans l'union et réfléchissent déjà à délocaliser une partie de leur activité. Une aubaine pour le ministre français de l'Economie, Michel Sapin : « On voit bien que cela a débloqué des situations dans les têtes, et donc, c’est à nous d’être très réactifs. Ces décisions, ils ne les prendront pas deux mois avant la fin des négociations, ils les prennent en ce moment, c’est pour cela que c’est un moment décisif dans les contacts pour convaincre que la France est attractive », affirme-t-il.

    Et quand on demande à Michel Sapin si son agenda s'est rempli depuis qu'il est à Davos, l’intéressé reste évasif. « Il était déjà bien plein, mais je ne cache pas qu’il pourrait y avoir d’autres rendez-vous à s’y être inscrits », avoue le ministre. On n'en saura pas plus, car quand il s'agit de business le silence est d'or.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.