GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    L'ex-ministre israélienne Tzipi Livni renonce à une visite en Belgique

    media L'ancienne ministre de la Justice israélienne, Tzipi Livni. REUTERS/Baz Ratner

    L'ancienne ministre israélienne de la Justice et des Affaires étrangères Tzipi Livni évite un interrogatoire de la police belge. C'est la loi de compétence universelle des tribunaux belges qui a permis à des victimes d'origine palestinienne de porter plainte contre elle pour les bombardements menés à Gaza en 2009 lors de l'opération « Plomb durci ».

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Tzipi Livni devait venir à Bruxelles ce 23 janvier et la justice belge l'attendait, mais elle a renoncé à son voyage. Tzipi Livni devait débattre ce lundi au Parlement européen dans le cadre d'une conférence consacrée aux investissements en Israël pour contrer le BDS, la campagne pro-palestinienne de boycott de l'économie israélienne.

    L'ancienne ministre de la Justice a décidé pour raisons personnelles ou de santé, selon les versions, de ne pas venir à Bruxelles ce lundi. Certains estiment cependant qu'elle avait eu vent des intentions de la justice belge. Les enquêteurs avaient en effet cherché à confirmer sa venue.

    Le parquet fédéral de Belgique confirme que la justice avait l'intention de profiter du déplacement de Tzipi Livni dans le royaume pour « faire avancer le dossier ». Du coup, l'ancienne ministre échappe à la honte d'être interpellée pour interrogatoire et, par contrecoup, la Belgique et Israël s'évitent un nouvel incident diplomatique grave.

    Les avocats des victimes civiles palestiniennes des bombardements de l'opération « Plomb durci », affirment que Tzipi Livni avait participé à la prise de décision de l'opération en tant que ministre des Affaires étrangères et qu'elle avait lancé « nous ne ferons pas de quartier ».

    Déjà brièvement inculpée au même titre au Royaume-Uni, Tzipi Livni échappe donc pour la deuxième fois à des procédures dites de compétence universelle. Ces procédures avaient donné lieu en Belgique il y a quinze ans à l'inculpation du Premier ministre israélien Ariel Sharon pour les massacres de Sabra et Chatila au Liban en 1982.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.