GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le Parlement britannique devra se prononcer sur le lancement du Brexit

    media La décision de la Cour suprême britannique complique la tâche de Theresa May dans sa volonté de sortie le pays de l'Union européenne. REUTERS/Neil Hall

    La Cour suprême britannique a statué : le Parlement devra être consulté sur le processus de divorce avec l'Union européenne. Les députés auront donc leur mot à dire sur le Brexit. C’est la confirmation d'un premier avis rendu par la Haute Cour de Londres en novembre et c'est une mauvaise nouvelle pour Theresa May dont la Cour a rejeté l’appel.
     

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Le gouvernement a reconnu être déçu mais a immédiatement annoncé qu’il respecterait cette décision en présentant un projet de loi très court à la Chambre des communes et sur lequel les députés débattront.

    Même si on s’y attendait, ce jugement est un revers important et humiliant pour Theresa May, cela signifie aussi que son gouvernement perd quelque peu le contrôle du processus de sortie de l’UE et dépend désormais du vote du Parlement dont la Cour suprême a rappelé qu’il était souverain.

    En revanche, le gouvernement n’est pas contraint d’obtenir l’aval des Parlements régionaux écossais, gallois et nord-irlandais, ce qui veut dire que le calendrier pour lancer le Brexit devrait être maintenu à la fin mars, comme le souhaitait Theresa May.

    Blocages

    Néanmoins une bataille féroce devrait se dérouler au Parlement pour modifier le projet de « Brexit dur » annoncé par la Première ministre. Si le Parti travailliste de Jeremy Corbyn a assuré qu’il ne bloquerait pas la sortie de l’UE, il a prévenu qu’il demanderait des garanties sur un accès au marché unique notamment et le parti indépendantiste écossais SNP, viscéralement opposé au Brexit, vient d’annoncer son intention de déposer pas moins de 50 amendements pour compliquer au maximum le processus.

     ► A (RE)ECOUTER : Royaume-Uni: le Brexit «dur» qui effraie les ressortissants européens

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.