GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Russie presse pour un projet politique en Syrie

    media Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, le 24 janvier 2017. REUTERS/Maxim Shemetov

    L'opposition syrienne est invitée à Moscou. La diplomatie russe a organisé une réunion pour informer ceux qui n'étaient pas à Astana des résultats de la rencontre qui s'est tenue au Kazakhstan en début de semaine. C'est notamment le cas des Kurdes du PYD, jugés indésirables par les Turcs. Mais l'objectif des Russes est surtout de mettre un projet de Constitution sur la table, projet qui pourrait être discuté prochainement à Genève.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Le cessez-le-feu est à peine respecté que Moscou veut déjà parler négociations politiques, et le ministre russe des Affaires étrangères aimerait que l'ONU aille plus vite.

    « Nous nous réjouissons que la rencontre d'Astana ait incité nos collègues de l'ONU à s'activer un peu et à annoncer la reprise des négociations intersyriennes à Genève, même si elles ont été repoussées du 8 février à la fin du mois [information non confirmée par l'ONU NDLR]. Pour nous, la passivité de nos collègues de l'ONU qui, depuis avril 2016, n'ont organisé aucun round de pourparlers est inacceptable. »

    La Russie avancent des « propositions concrètes »

    Il fustige également le groupe de Riyad, les mouvements proches de l'Arabie saoudite, absents à Astana, et absents à Moscou. Mais pour Sergueï Lavrov cela ne doit pas reporter le débat sur la Constitution. Et lorsque l'opposition estime que la Russie veut imposer son texte, comme les Américains l'ont fait en Irak, il se fâche :

    « C'est une position malhonnête, car en Irak, ce sont les occupants qui ont écrit la Constitution et l'ont imposée sans aucun compromis au peuple irakien. En ce qui nous concerne nous faisons une proposition qui est soumise aux Syriens sans aucune tentative de leur imposer quoi que ce soit. Nous sommes convaincus avec l'expérience de ces cinq dernières années, que si on ne met pas des propositions concrètes sur la table, le travail ne commence pas. »

    Les Kurdes de leur côté proposent une Constitution fédérale. Le PYD revient dans le jeu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.