GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Octobre
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Environnement: Bruxelles ouvre une enquête sur les boues rouges de Gardanne

    media Des boues rouges à Gardanne, dans le sud de la France, le 21 septembre 2016. BORIS HORVAT / AFP

    L'affaire des boues rouges de Gardanne a pris une nouvelle dimension cette semaine. La Commission européenne a ouvert une enquête mardi 24 janvier.

    avec notre bureau à Bruxelles,

    Les boues rouges, ces déchets de bauxite déversés dans la Méditerranée par l'usine de Gardanne qui en extrait de l'alumine, ont été le sujet d'une passe d'armes lors du débat entre les deux finalistes de la primaire de la gauche. Benoît Hamon reproche en effet à Manuel Valls d'avoir accordé une dérogation jusqu'en 2021 à l'usine du groupe Altéo à Gardanne pour revenir dans les normes admises de pollution.

    Rebondissement ce mardi 24 janvier, la veille du débat entre les deux candidats à la primaire à gauche, la Commission européenne confirme qu'elle a envoyé une lettre à Paris avec une batterie de questions au sujet des boues rouges de Gardanne. Il s'agit pour l'instant de « contacts préliminaires confidentiels » entre la Direction générale chargée de l'Environnement à la Commission et le gouvernement français. Ce ne sont pour l'instant que des questions et le gouvernement a 90 jours pour y répondre.

    Directives européennes

    Les rejets de bauxite de l'usine de Gardanne semblent être en porte-à-faux avec trois directives européennes : sur les déchets de l'industrie extractive, sur les émissions industrielles et sur l'eau. Si le gouvernement ne parvient pas à donner des réponses qui apaisent la Commission européenne, on a donc un éventail des reproches qu'elle pourrait adresser à la France.

    Cela va de la surveillance des mesures prises par l'entreprise au traitement des eaux polluées en passant par l'analyse de toxicité des déchets solides stockés à Gardanne ou liquides rejetés dans la Méditerranée ou encore par la surveillance des eaux et des fonds marins. La liste des questions est longue, mais la Commission éprouve le besoin de préciser qu'on « n'en est pas encore à l'ouverture d'une procédure d'infraction ». Façon de sous-entendre que la possibilité en est désormais sur la table.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.