GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Aujourd'hui
Lundi 29 Mai
Mardi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Autriche: plus de 550000 signatures contre le Ceta

    media Le nouveau président autrichien Alexander van der Bellen, ici le 26 janvier 2017, a annoncé son intention de refuser de promulguer la loi validant le Ceta. REUTERS/Leonhard Foeger

    Quelque 562 000 Autrichiens ont signé une pétition contre les accords de libre-échange transatlantiques Ceta et TTIP. Le Parlement doit donc débattre de ce sujet alors que le Parlement européen doit ratifier le Ceta le 15 février.

    Avec notre correspondant à Vienne, Christian Fillitz

    C'est un succès inattendu pour cette résolution, soutenue aussi bien par les Verts que par des poids lourds du PS au pouvoir, ou encore des ONG comme ATTAC ou Greenpeace, mais également par le parti d'extrême droite FPÖ. La barre des 100 000 signatures qui, selon le droit autrichien, oblige le Parlement à se saisir du dossier, a donc été largement franchie. La pétition préconise une loi constitutionnelle interdisant la signature, l'approbation ou la conclusion de ces accords commerciaux.

    Or pour être adoptée, cette loi constitutionnelle doit être votée par les deux tiers des députés, ce qui est loin d'être acquis, même si le nouveau président Alexander van der Bellen, ancien porte-parole des Verts, a annoncé son intention de refuser de promulguer la loi validant le Ceta.

    Le patronat a regretté le succès de la pétition signée par près de 9% du corps électoral, faisant valoir que l'Autriche, pays exportateur, dépend de marchés ouverts. Un non au TTIP, dit le patronat, soutient en outre la politique protectionniste de Donald Trump.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.