GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Roumanie: l’UE préoccupée par le recul de la lutte contre la corruption

    media Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le vice-président ont mit en garde le gouvernement roumain contre une régression de l'état de droit.. REUTERS/Christian Hartmann

    L'adoption par le gouvernement roumain du décret allégeant en partie le code pénal provoque une levée de boucliers en Europe. Alors qu'elle avait été plutôt discrète sur la question, la Commission européenne éprouve le besoin d'exprimer officiellement sa « grande préoccupation ». La Commission choisit donc un langage ferme et met en garde le gouvernement roumain contre une régression de l'Etat de droit.

    De notre bureau à Bruxelles,

    Le président et le vice-président de la Commission européenne ont émis un communiqué commun pour affirmer que la lutte contre la corruption en Roumanie devait progresser et non être défaite, façon diplomatique de dire que c'est le contraire qui est en train de se passer.

    Ce communiqué tranche par sa fermeté avec la bienveillance relative de son dernier rapport sur la Roumanie, paru il y a à peine une semaine. Dans ce rapport, la Commission se félicitait des avancées de la lutte contre la corruption et pour l'indépendance de la justice depuis l'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne il y a dix ans.

    En 2007, l'adhésion de la Roumanie aurait pu être retardée, car elle ne satisfaisait pas aux critères européens en la matière. On lui avait imposé la surveillance d'un mécanisme de vérification avec des rapports annuels tant qu'elle ne serait pas au niveau. Le gouvernement roumain espérait la levée de ce mécanisme jugé inquisitoire, une perspective qui s'éloigne donc aujourd'hui.

    Ce mécanisme ne prévoit pas de sanction, juste le maintien de la surveillance. En revanche, la régression de l'Etat de droit en Roumanie va encore l'éloigner de son objectif d'intégrer un jour prochain l'espace Schengen.

    → A (re) lire : Roumanie: le vice-gouverneur de la Banque centrale arrêté pour corruption

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.