GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Moscou condamné par la CEDH pour le cas Alexeï Navalny

    media L'opposant russe, fervent adversaire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny à sa sortie de prison, le 6 mars 2015 à Moscou. REUTERS/Maxim Shemetov

    La Cour européenne des droits de l'homme a condamné la Russie pour les arrestations répétées de l'opposant Alexeï Navalny. Un arrêt de la CEDH qui intervient alors que l'opposant et blogueur est à nouveau face aux juges, pour être rejugé dans une affaire qui avait déjà valu à la Russie d'être condamnée par la Cour de Strasbourg.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Le tribunal de Kirov juge depuis quelques jours Alexeï Navalny pour détournement de fonds. Cette affaire est rejugée en première instance, après que la condamnation ait été annulée par la Cour suprême de Russie.

    C'est précisément cette condamnation à 5 ans de prison avec sursis qui avait déjà valu à la Russie d'être condamnée par la CEDH il y a un an. L'opposant se retrouvait privé de ses droits civiques, et la Cour de Strasbourg avait alors jugé que l'on pouvait craindre que cette condamnation ne soit de nature politique. La Cour suprême russe a donc annulé la condamnation, mais elle n'a pas annulé la procédure, renvoyant l'opposant en première instance. Alexeï Navalny est donc à nouveau jugé devant le même tribunal.

    Et c'est à ce moment-là que la Cour européenne des droits de l'homme émet un nouvel arrêt contre la Russie, concernant également Alexeï Navalny. La CEDH estime que l'opposant, interpellé sept fois au cours de rassemblements pacifiques entre 2012 et 2014, a subi des « arrestations disproportionnées » et des « privations de liberté arbitraires ».

    C'est un nouveau coup contre la justice russe, alors que l'opposant craint d'être privé de la possibilité de se présenter à l'élection présidentielle en 2018. Le Kremlin, interrogé sur l'éventuelle volonté du pouvoir d'éliminer un candidat, a déclaré qu'on n'était pas encore en campagne électorale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.