GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Il est nécessaire de «restaurer l'ordre» à Hong Kong (ministère chinois de la Défense)
    • Fusillade en Californie dans la ville de Fresno: une dizaine de victimes dont «plusieurs morts» (police)
    • Manifestations et violences en Iran: Téhéran condamne le soutien de Washington à des «émeutiers»
    • Biélorussie: aucun représentant de l'opposition n'a été élu aux législatives (résultats officiels)
    • «Déchets, ça déborde! On fait quoi?» Journée spéciale ce lundi sur les antennes de RFI dès 6h TU (7h heure de Paris)
    • Hong Kong: la loi interdisant le port du masque est jugée anticonstitutionnelle (Haute cour)
    Europe

    Deux ans après les accords de Minsk, la tension persiste dans l'est de l'Ukraine

    media Malgré les accords de Minsk, les affrontements continuent entre les séparatistes et les pro-russes à l'est de l'Ukraine. REUTERS/Gleb Garanich

    Sur les onze premiers jours de février, neuf civils ont été tués dans des affrontements dans l’est de l’Ukraine et au moins 41 ont été blessés. Ces chiffres ne prennent pas en compte les pertes militaires, provoquées par une forte explosion de violences dans la région. Et pourtant, il y a deux ans exactement, les accords de paix de Minsk avaient été signés. Ils devaient mettre fin au conflit.

    Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

    Le mot d’ordre, c’est l’escalade. Sur de nombreux points des 400 kilomètres de la ligne de front, on constate des échanges d’artillerie assez intenses. La semaine dernière a marqué un triste record dans les violences. A la fois les Ukrainiens et les séparatistes pro-russes, soutenus par Moscou, mènent leurs attaques ici et là. Des attaques toujours très localisées, toujours sur de petites distances.

    Lourd bilan humain

    Dans sa majeure partie, la ligne de front n’a pas bougé depuis 2015, et c’est ça le principal résultat des accords de Minsk. Pour le reste, la tension est permanente, le bilan humain s’alourdit chaque semaine, et les négociations de paix en sont au point mort. Ne serait-ce que les échanges de prisonniers qui se font au compte-goutte.

    En Ukraine, certains groupes nationalistes contestent l’idée même de négociations de paix et ont entamé des blocages de routes commerciales entre territoires ukrainiens et séparatistes.

    Le contexte ne favorise pas les négociations

    Le contexte international ne favorise pas non plus les négociations, alors que le monde retient son souffle depuis l’élection de Donald Trump. Deux ans après la signature des accords de Minsk, la paix semble toujours aussi lointaine.

    Véhicule militaire près de la ville d'Avdiyivka en Ukraine ce 1er février 2017. REUTERS/Gleb Garanich

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.