GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le «Jdoun», un drôle d’éléphant de mer, coqueluche des réseaux sociaux russes

    media Le «Jdoun», au Pays-Bas, où il a été photographié par une Russe, début 2017. margrietvanbreevoort.nl

    Il a fait son apparition au Pays-Bas mais c’est en Russie qu’il est aujourd’hui le plus populaire. Il s’appelle Homunculus Loxodontus et, derrière ce nom, se cache un drôle d’éléphant de mer, une sculpture exposée dans un centre médical universitaire de Leyde, aux Pays-Bas. Cet éléphant de mer, il a désormais un nom russe, Jdoun, depuis qu’il est devenu une coqueluche des réseaux sociaux là-bas, le symbole de la société russe.

    De notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche

    Au départ, il s’agit d’une sculpture installée dans un cabinet médical universitaire, une sorte d’éléphant de mer croisé avec un être humain : il en a, en tout cas, les bras, avec les mains l’une dans l’autre, posées sur un gros ventre mou. Il est en position assise et il attend. Sa créatrice a voulu en faire une figure rassurante pour les patients du centre médical.

    La sculpture existe depuis un an mais elle est sortie de l’anonymat il y a quelques semaines, quand elle a été photographiée par une Russe. L’image atterrit sur les réseaux sociaux et connaît un succès immédiat en Russie, mais aussi en Ukraine. Elle devient ce qu’on appelle un « mème », une image utilisée dans des montages humoristiques et déclinée à l’infini. La créatrice n’en est pas revenue, elle a fait part de sa surprise le mois dernier au service russophone de la BBC. Ce personnage a d’ailleurs désormais un nom en russe : le Jdoun.

    Une certaine incarnation de l’attente

    Ce n’est pas seulement parce que l’apparence du personnage est amusante que l’image est partagée. En fait, le mot Jdoun vient du verbe russe jdat qui veut dire « attendre ». « J’attends » se traduit jdou. Les Russes semblent avoir trouvé dans cette créature une certaine incarnation de leur quotidien : l’attente.

    Ce personnage mou et apathique symboliserait une société russe passive et résignée. N’importe quel Russe le dira, en Russie, il faut savoir attendre : dans les administrations, à la poste, il faut se ranger dans une queue décourageante et prendre son mal en patience. La poste a particulièrement mauvaise réputation en la matière et, comme elle a récemment lancé un programme pour moderniser son fonctionnement, elle a fait du Jdoun le symbole de la « poste du passé ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.