GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: Sigmar Gabriel veut désamorcer la crise avec la Turquie

    media Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel et son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, le 8 mars. Cem Ozdel/Turkish Foreign Ministry Press Office/via Reuters

    L’Allemagne tente de désamorcer la crise diplomatique avec la Turquie et en appelle au dialogue. Depuis une semaine, les échanges sont très vifs entre les deux pays en raison de l’annulation de meetings électoraux pro-Erdogan en Allemagne. Mais aujourd’hui Berlin met en avant l’amitié qui unit les deux pays.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    « Oui, franche, bonne, amicale… ». C’est ainsi que le ministre des Affaires étrangères allemand Sigmar Gabriel a qualifié la rencontre lors d’un petit déjeuner avec son homologue turc, mais une rencontre aussi « dure et controversée sur le fond », a précisé le même ministre.

    Sigmar Gabriel a souligné qu’il n’y avait pas d’alternative au dialogue, il se rendra bientôt en Turquie, tout en rappelant que les comparaisons entre l’Allemagne d’aujourd’hui et la période nazie – comparaison faite par le président turc Erdogan – comme les invectives sur la démocratie, les droits de l’homme dans son pays, l’Allemagne, étaient à proscrire.

    Berlin ne doit pas prendre parti

    Mais Mevlut Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, a déclaré plus tard dans la matinée que l’Allemagne devait décider si la Turquie était ou non une amie, affirmant que Berlin ne devait pas prendre parti dans la campagne référendaire en cours en Turquie. Une campagne qui vise à renforcer lors d’une élection les pouvoirs du président Erdogan.

    Ce sont 1,4 million d'électeurs turcs qui vivent en Allemagne et les refus de plusieurs municipalités ou de lieux privés contre l’hébergement de meetings pour le « oui » au référendum ont provoqué la colère d’Ankara et envenimé un peu plus les relations bilatérales entre les deux pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.