GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    ETA annonce son désarmement et poursuit sa lente agonie

    media Un graffiti pro-ETA est recouvert de peinture par un employé municipal de Guernica, dans le Pays basque espagnol, en octobre 2011 (photo d'illustration). REUTERS/Vincent West

    L'organisation séparatiste basque ETA a annoncé un désarmement total pour le 8 avril prochain. Une étape de plus dans l’agonie d’une organisation terroriste qui a tué en quatre décennies 829 personnes, et qui en octobre 2011 avait annoncé un cessez-le-feu définitif et unilatéral.

    Avec notre correspondant à Madrid,  François Musseau

    Comme on pouvait s’y attendre, l’annonce d’un désarmement unilatéral d’ETA n’a rien provoqué d’autre auprès des autorités espagnoles qu’une réaction de mépris. Il n’y a rien à négocier avec les terroristes basques, a-t-on dit à Madrid. On attend seulement d’eux leur dissolution, leur repentir et le pardon aux victimes. ETA « n'obtiendra rien en échange » de son désarmement, a prévenu le ministre espagnol de l'Intérieur. « Qu'elle le fasse, et au passage qu'elle se dissolve », a lâché le chef du gouvernement Mariano Rajoy.

    Les dirigeants d’ETA savent leur faiblesse et la détermination de l’Etat espagnol. Pour eux, il s’agit surtout d’éviter l’humiliation après presque un siècle d’existence, et alors qu’ils n’ont atteint aucun de leurs objectifs, dont le principal est l’indépendance d’un grand Pays basque incluant la partie française.

    Avec ce désarmement annoncé, ETA n’a désormais plus de monnaie d’échange pour négocier ce qu’il reste à négocier, à savoir le sort des 396 prisonniers répartis en France et surtout en Espagne. Dans les milieux séparatistes, et même au-delà, on souhaite le rapprochement de ces détenus vers le Pays basque. Mais le gouvernement espagnol, qui est tout sauf pressé, exige avant tout la totale dissolution de l’organisation indépendantiste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.