GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Mars
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
Mardi 28 Mars
Aujourd'hui
Jeudi 30 Mars
Vendredi 31 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Football: le Brésil est la première équipe qualifiée pour le Mondial-2018 en Russie
    Europe

    Ecosse: les nationalistes tiennent à leur référendum

    media Nicola Sturgeon, Première ministre de l'Ecosse et chef de file du SNP, à Aberdeen, le 18 mars 2017. REUTERS/Russell Cheyne

    Venue conclure le Congrès de printemps du parti nationaliste SNP à Aberdeen, Nicola Sturgeon a non seulement voulu galvaniser ses troupes mais a aussi signifié qu'elle entend continuer à demander à son homologue britannique, Theresa May, de réfléchir à son refus de discuter d'un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse.

    Avec notre envoyée spéciale à AberdeenMuriel Delcroix

    Nicola Sturgeon a été accueillie comme toujours en véritable star par des délégués debout pour l’acclamer et pendant plusieurs minutes. Néanmoins la dirigeante du parti nationaliste écossais a très vite annoncé la couleur : elle n’est pas venue à Aberdeen prêcher face à des membres déjà convaincus, mais a voulu avant tout s’adresser aux Ecossais qui ne sont pas sûrs ou qui sont opposés à l’indépendance.

    Martelant qu’il y aurait bien un référendum d’indépendance, Nicola Sturgeon a accentué la pression et adressé une mise en garde à la Première ministre britannique : si Theresa May défie le Parlement écossais en refusant d’accorder un second référendum, elle brisera à jamais la cohésion du Royaume-Uni.

    Malgré tout, magnanime, Nicola Sturgeon qui s’est vue opposer une cinglante fin de non-recevoir en début de semaine par le gouvernement conservateur, dit vouloir laisser à Theresa May le temps de réfléchir et se dit prête à discuter d’une date ultérieure pour la tenue de ce référendum.

    Et pour mieux vaincre les réticences d’électeurs écossais actuellement peu enthousiastes à l’idée de retourner aux urnes, Nicola Sturgeon a opposé une Ecosse indépendante « moderne, progressiste, ouverte sur le monde et les immigrants » à un Royaume-Uni régi par un gouvernement conservateur « refermé sur lui-même, en dehors du marché unique européen et obsédé par l’austérité économique et sociale ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.