GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Septembre
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: Martin Schulz élu à la présidence du SPD avec 100% des voix

    media Martin Schulz le 19 mars 2017 à Berlin, lors de sa victoire à l'élection à la présidence du parti social-démocrate allemand. REUTERS/Axel Schmidt

    L'ancien président du Parlement européen Martin Schulz a été élu sans surprise à la tête du parti social-démocrate allemand (SPD). Il replace à ce poste Sigmar Gabriel, aujourd'hui ministre des Affaires étrangères qui a dirigé le parti durant sept ans.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    C’est un score nord-coréen qu’a engrangé Martin Schulz ce dimanche. Les délégués du SPD ont voté à l’unanimité pour leur nouveau président et candidat face à Angela Merkel en septembre. « Ce score marque le début de la conquête de la chancellerie », a déclaré l’ancien président du Parlement européen.

    La « schulzmania » enflamme les sociaux-démocrates allemands depuis la nomination de Schulz en janvier. Un culte de la personnalité inhabituelle dans ce parti a vu le jour. Le SPD a quitté les abysses où il se morfondait dans les sondages et fait désormais jeu égal avec la CDU d’Angela Merkel. 13 000 personnes ont adhéré au plus vieux parti allemand en deux mois. C’est avec un discours clairement à gauche, centré sur la justice sociale, que Martin Schulz a sans grande difficulté convaincu les délégués.

    « Si nous ne nous battons pas pour plus de justice sociale dans ce pays, personne d’autre ne le fera. Le SPD est de retour. C’est une bonne nouvelle pour l’Allemagne, pour l’Europe et pour la démocratie », s'est-il félicité.

    Egalité des chances et des salaires, gratuité de la scolarité, amélioration des allocations chômage sont quelques exemples des propositions de Martin Schulz illustrés par sa propre biographie.

    Scruté par la presse

    Issu d’un milieu modeste, l’écolier peu doué rate son bac à deux reprises. Il sombre un temps dans l’alcool avant de recommencer une deuxième vie. Comme il adore les livres et la politique, il devient libraire et adhère au SPD à 19 ans. Il est élu maire de sa ville à 31 ans et aura passé plus de 22 ans au Parlement européen comme simple député, président du groupe socialiste puis président du Parlement européen.

    → [Portrait] Allemagne: Martin Schulz, un autodidacte de Bruxelles à Berlin

    Un accord passé avec le Parti populaire européen, le groupe de droite, lui a permis d’être réélu une deuxième fois à la tête de l’institution de Strasbourg, mais la grande coalition ainsi créée a laissé peu d’espace aux débats et aux partis minoritaires.

    Depuis qu’il veut diriger son propre pays, la presse scrute ses faits et gestes. Der Spiegel et le Sunday Times l’accusent de clientélisme, d’avoir abusé de ses fonctions en utilisant un jet privé pour se rendre à Berlin et d’avoir demandé à ses assistants parlementaires d’effectuer des tâches qui n’étaient pas de leur ressort comme de repasser ses pantalons. Affaire à suivre. En attendant, le phénix Martin Schulz espère bien permettre au SPD durant des années au plus mal de renaître de ses cendres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.