GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: Brexit le 29 mars, May au pays de Galles pour consultations

    media La Première ministre britannique, Theresa May, à Bruxelles, le 9 mars 2017.

    La Première ministre britannique Theresa May se rend ce lundi 20 mars au pays de Galles. Elle consulte les différentes composantes du Royaume-Uni avant d'enclencher officiellement l'article 50 du Traité de Lisbonne, le 29 mars, pour la sortie de son pays de l'Union européenne.

    Dès vendredi 17 mars, Theresa May avait annoncé devant les militants conservateurs réunis à Cardiff, au pays de Galles, qu'elle déclencherait dans les deux semaines la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Le porte-parole de Downing Street l'a confirmé, le divorce de Londres avec l'Union européenne sera acté le 29 mars.

    Avant cela, elle s'est engagée à mener des consultations au sein des quatre Nations qui composent le pays, en commençant, dès aujourd'hui, par le pays de Galles. C'est là qu'elle devrait rencontrer le moins d'opposition par rapport au Brexit, les Gallois ayant majoritairement voté, comme les Anglais, pour une sortie de l'Union, alors que les Irlandais du Nord et les Ecossais s'étaient au contraire prononcés pour que le pays reste au sein de l'UE.

    Malgré les plaidoiries répétées de Theresa May en faveur d'un Royaume-Uni fort et ouvert en direction du monde entier, plutôt que soumis aux règles européennes, la Première ministre écossaise, la nationaliste Nicola Sturgeon, insiste pour obtenir de Londres le droit d'organiser un nouveau référendum sur l'indépendance, ce qui laisserait peut-être une chance à l'Ecosse, de «ne pas sombrer avec le Brexit» selon l'expression de Nicolas Sturgeon.

    Et en Irlande du Nord, le plus important parti nationaliste, le Sinn Féin, a déclaré souhaiter également la tenue d'un référendum «dès que possible», pour une séparation du Royaume-Uni, avec l'idée d'une union avec la République d'Irlande.

    Côté Union européenne, « tout est prêt » pour entamer les négociations après le déclenchement de la procédure de divorce d'avec l'Union, a réagi Margaritis Schinas, un porte-parole de la Commission européenne ce lundi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.