GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crash de la Germanwings: le père d'Andreas Lubitz défend l’honneur de son fils

    media Günter Lubitz, le père du pilote de la Germanwings Andreas Lubitz, le 24 mars 2017, à Berlin. AFP/Tobias Schwarz

    Deux ans après la catastrophe de l'avion de la Germanwings qui s'était écrasé dans les Alpes françaises lors d'un vol Barcelone-Düsseldorf, des hommages ont été rendus aux 149 victimes. A Berlin, le père du pilote Andreas Lubitz, qui a sciemment provoqué la catastrophe d'après l'enquête officielle, tentait lors d'une conférence de presse de remettre en cause cette thèse pour défendre l'honneur de son fils.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    « Notre fils n’était pas dépressif au moment du crash, a déclaré Günter Lubitz, mais une personne optimiste, responsable et engagée ». Le père d’Andreas Lubitz s’exprimait pour la première fois en public, ce vendredi 24 mars à Berlin, deux ans jour pour jour après la catastrophe.

    Il rejette les conclusions officielles concluant à un acte volontaire d’Andreas Lubitz ayant sciemment fait s’écraser l’avion de Germanwings dans les Alpes françaises. A ses côtés, un journaliste spécialiste des questions d’aviation a dressé une liste de questions jugées sans réponses et des négligences de l’enquête.

    « Humainement compréhensible »

    Les responsables allemands ont rejeté ces mises en cause. Hier, le procureur de Düsseldorf avait jugé l’attitude du père « humainement compréhensible », mais estimé que seul le suicide d’Andreas Lubitz expliquait la catastrophe. Les experts allemands comme le ministère des Transports à Berlin ne voient aucune raison de remettre en cause les conclusions de l’enquête française.

    En Rhénanie, dans l'ouest de l'Allemagne, le directeur de l’école de Haltern, où étaient inscrits 16 adolescents morts comme deux enseignants dans la catastrophe, a qualifié la position du père d'Andreas Lubitz « d’affront pour les parents des victimes ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.