GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Affaire Gurtel: Mariano Rajoy appelé à témoigner devant la justice espagnole

    media Mariano Rajoy, ici à Madrid en octobre 2016. ®REUTERS/Sergio PerezEl conservador

    Pour la première fois, ce mercredi 19 avril, un président de gouvernement espagnol va être appelé en tant que témoin dans le cadre d’un procès pour corruption concernant son propre parti, le Parti Populaire. Cette nouvelle a provoqué la stupéfaction chez Mariano Rajoy et les siens. Ce coup de théâtre a d’immédiates répercussions sur le mandat du conservateur espagnol.

    Avec notre correspondant à MadridFrançois Musseau

    Depuis 2009, lorsqu’a éclaté le scandale Gurtel, une affaire de pots-de-vin touchant le Parti Populaire, Mariano Rajoy a toujours adopté la même stratégie, répondre de façon évasive, donner l’impression que son parti n’est pas concerné tout en précisant que c’est un complot des socialistes.

    Récemment reconduit comme chef du gouvernement, le leader conservateur se voit toutefois atteint de plein fouet. Appelé comme témoin devant les juges, il perd de sa légitimité, affirment tous les observateurs. La crispation politique va inévitablement augmenter, et alors qu’il gouverne en minorité, il aura désormais beaucoup de mal à sceller des accords parlementaires, fondamentaux pour pouvoir voter le budget annuel.

    En somme, même si la situation économique est plutôt bonne, Mariano Rajoy est dos au mur. Bien conscient qu’avec ce stigmate de la corruption qui lui colle à la peau, il risquerait, s’il convoquait des élections anticipées, de le payer très cher dans les urnes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.