GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Aujourd'hui
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chili: accord pour éviter une grève à la mine de cuivre d'Escondida (officiel)
    Europe

    Royaume-Uni: Tony Blair vole au secours du Parti travailliste

    media L'ancien Premier ministre Tony Blair lors d'une conférence en Californie le 3 mai 2016. REUTERS/Lucy Nicholson

    A sept semaines des élections législatives en Grande-Bretagne, la campagne ne prend pas une bonne tournure pour le Parti travailliste de Jeremy Corbyn. Il stagne à 25% d’intentions de vote. Inquiet, l’ancien Premier ministre Tony Blair se lance dans la bataille pour essayer de sauver son parti.

    Tony Blair se dit prêt à relever les manches pour combattre le Brexit et par la même occasion sauver son parti qui pourrait perdre jusqu’à 90 sièges aux prochaines élections si la campagne menée par Jeremy Corbyn ne décolle pas.

    L'ancien Premier ministre britannique dit qu’il ne veut pas prendre la place de l’actuel dirigeant travailliste beaucoup plus à gauche que lui, ni lancer un nouveau mouvement politique, ni même briguer un siège de député. Il ne veut tout simplement pas se retrouver dans la situation de quelqu’un qui n’aurait rien fait dans un moment qu’il qualifie d’historique pour son pays, il sait qu’il va faire face à un flot de critiques, mais il veut défendre ses idées.

    Tony Blair craint un « Hard Brexit », un Brexit dur qui serait d’après lui dévastateur pour les Britanniques. « Le marché unique européen, c'était la Ligue des champions en matière commerciale. Un accord commercial entre le Royaume-Uni et l'UE serait comme tomber en deuxième division. Nous nous reléguons nous-mêmes », avertit Tony Blair.

    C’est pourtant l’objectif affiché de Theresa May et d’une bonne partie des conservateurs britanniques qui recueillent pour l’instant la moitié des intentions de vote.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.