GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Piratage: Londres se dote d’un organe de lutte contre la cybercriminalité

    media Le ministre de la Défense britannique Michael Fallon redoute un piratage informatique lors des législatives du 8 juin prochain au Royaume-Uni. REUTERS/Ints Kalnins

    Les cyberattaques sur le mouvement politique En Marche! quelques heures à peine avant les élections inquiètent nos voisins britanniques et allemands. Le Royaume-Uni, qui tiendra des élections anticipées le 8 juin prochain, redoute qu’une attaque vienne perturber le cours de sa campagne électorale et organise sa riposte.

    Avec notre correspondante à Londres,  Marina Daras

    Après les Etats-Unis et la France, la Grande-Bretagne se tient en alerte. Cela vient tout droit du ministre de la Défense britannique, Michael Fallon, qui pense que le parti conservateur doit se tenir prêt à contrer un possible piratage informatique dans les prochains mois.

    Michael Fallon pense que le parti de Theresa May sera la première victime si de telles attaques devaient arriver, puisque d’après lui, la Russie préférait voir une victoire du travailliste Jeremy Corbyn, qu’il dit beaucoup plus malléable sur les questions de défense.

    Des attaques qui pourraient devenir monnaie courante

    Mais Michael Fallon n’est pas le seul à penser que ces attaques pourraient devenir monnaie courante lors d’élections importantes. C’est pourquoi le Royaume-Uni a déjà pris les devants en termes de protection. Et en février dernier, le pays a inauguré le National Cyber Security Centre (NCSC), un organisme mis en place par les services de renseignement britanniques ainsi que quelques entreprises privées.

    Le centre qui est censé protéger le pays contre les opérations orchestrées depuis l’étranger, et notamment depuis la Russie, bénéficie d’un budget de plus de deux milliards d’euros sur cinq ans.

    Le centre a ainsi convié les partis politiques britanniques à des séminaires sur la cybersécurité pour les aider à mettre en place les dispositifs nécessaires pour non seulement réagir en cas d’attaque, mais surtout assurer la sécurité de leurs communications et infrastructures.

    → A lire aussi : Présidentielle française: piratage massif avant le second tour

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.