GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Europe

    Crise politique au Kosovo: le Parlement pousse le gouvernement à la démission

    media Le gouvernement dirigé par Isa Mustafa (au centre) a été poussé à la démission par le Parlement, le 10 mai 2017. REUTERS/Agron

    Le gouvernement du Kosovo a été mis en minorité au Parlement ce mercredi 10 mai après-midi. Un vote de défiance des députés met fin au gouvernement de coalition d'Isa Mustafa.

    Avec notre correspondant à Tirana,  Laurent Rouy

    Est-ce pour éliminer leur principal partenaire ou pour éviter de ratifier un accord impopulaire que les députés du Parti démocratique du Kosovo, pourtant membres de la coalition gouvernementale, se sont associés à l'opposition pour faire tomber le gouvernement ? Si la réponse n'est pas évidente, il était en revanche visible que le gouvernement ne fonctionnait plus du tout dans le plus jeune pays d'Europe.

    A la demande justement du gouvernement et sous la pression des Occidentaux, le Parlement devait ratifier un accord de démarcation entre le Monténégro et le Kosovo. Le document en défaveur du Kosovo était tellement impopulaire qu'aucun parti n'était prêt à le valider. Même si des élections anticipées sont prévues dans 45 jours au plus tard, il y a fort à parier que le Kosovo entre dans une phase d'instabilité.

    Lors des législatives de 2014, il avait fallu huit mois de blocage pour former une coalition gouvernementale. Compte tenu de l'éparpillement des voix dans ce pays qui a toujours été dirigé par des coalitions nationalistes, il y a fort à parier que le futur gouvernement ne verra pas le jour de si tôt.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.