GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 27 Septembre
Jeudi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Hongrie: le Parlement européen veut sanctionner Budapest

    media Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le 10 février 2017 à Budapest. REUTERS/Laszlo Balogh

    C'est une première au Parlement européen. Inquiets de la grave détérioration de l'Etat de droit et de la démocratie en Hongrie, les députés réunis à Strasbourg ont adopté à la majorité ce mercredi une résolution qui appelle à déclencher l'article 7 du traité de l'Union européenne contre la Hongrie. L'article 7, surnommé « l'arme atomique » stipule qu'en cas de violation grave des valeurs européennes par un Etat membre, des sanctions et la suspension du droit de vote de cet Etat peuvent être appliquées. Il n'a jamais été enclenché.

    Avec notre correspondante à BudapestFlorence La Bruyère

    C'est un camouflet pour Viktor Orban. Une majorité d'eurodéputés a voté une résolution visant à déclencher l'article 7 du traité communautaire. Ce ne sont pas seulement les libéraux et les socialistes qui ont voté pour, mais aussi 67 députés du très conservateur Parti populaire européen.

    Un signe que ces conservateurs, qui soutiennent d'habitude le Premier ministre hongrois, sont excédés par son attitude.

    Une loi qui vise à chasser l'université d'Europe centrale de Hongrie, une autre qui attaque les ONG, pour les eurodéputés, la coupe est pleine. Ils demandent au gouvernement hongrois d'abroger les lois controversées. Mais l'article 7 a peu de chances d'être appliqué, car il faut un vote à l'unanimité au Conseil européen.

    Le parti du Premier ministre Viktor Orban, s'est dit indigné par ce vote. Le ministre hongrois des Affaires étrangères a vivement réagi. Ce vote a été manigancé par le réseau de George Soros, a-t-il souligné. Soros, le financier américain d'origine hongroise, est la bête noire du régime. Le gouvernement l'accuse en permanence de comploter contre la Hongrie.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.