GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: Pedro Sanchez reprend les rênes du Parti socialiste

    media Pedro Sanchez célèbre sa victoire aux primaires socialistes avec ses partisans, à Madrid, le 21 mai 2017. REUTERS/Sergio Perez

    En Espagne, les primaires du Parti socialiste ouvrier espagnol ont réservé leur lot de surprises. Pedro Sanchez, le représentant de la gauche du parti, a remporté la moitié des suffrages et la victoire face à la cacique andalouse Susana Diaz, limitée à 40% des votes. Une estocade portée par les militants à l'appareil d'un parti en profonde décadence.

    Avec notre correspondant à Madrid,   François Musseau

    Grand, portant beau, Pedro Sanchez peut se vanter d'avoir été opiniâtre. Expulsé du Parti socialiste en 2016 alors même qu'il en était le secrétaire général, il ne s’est pas laissé abattre et a fait campagne dans tout le pays. Il revient aujourd’hui par la grande porte, porté par la volonté de « rénover le parti socialiste ».

    Avec Pedro Sanchez à sa tête, on peut s'attendre à un discours anti-establishment, plus marqué à gauche. Le nouvel homme fort socialiste est très proche dans son programme des thèses de Podemos, avec qui il a d'ailleurs par le passé été à deux doigts de former un gouvernement de coalition.

    Mauvaise nouvelle pour la droite

    Le triomphe et l’enthousiasme de ce quadragénaire ne peuvent en revanche pas dissimuler la crise profonde qui secoue son parti, déchiré en différentes factions et courants.

    L'avènement de Sanchez est également une mauvaise nouvelle pour la droite au pouvoir, qui gouverne en minorité. Impossible pour les conservateurs d’espérer signer le moindre accord avec lui. Il faut désormais s'attendre en Espagne à une situation politique agitée et marquée par la confrontation.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.