GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    Amériques

    Ouverture à Taormine d’un G7 atypique sur fond de sujets sensibles

    media Carabiniers italiens en faction dans une rue de Taormine, le 18 mai 2017. REUTERS/Antonio Parrinello

    C’est ce vendredi 26 mai que débute le 43e sommet du G7 à Taormine, en Sicile (Italie). Un sommet qui risque d’être atypique cette année dû notamment à la présence de nombreux nouveaux chefs d’Etats qui n’ont jamais pratiqué ce type de rencontre, c’est le cas notamment d’Emmanuel Macron, mais également de Donald Trump ou encore de Theresa May. Jusqu’à samedi les chefs d’Etats français, américain, chinois, japonais, allemand, du Royaume-Uni et d’Italie vont aborder différentes thématiques : relations internationales, sécurité, économie mondiale, innovation et développement en Afrique et également le climat. Un sujet qui risque de crisper les esprits durant ce marathon de deux jours.

    Avec notre envoyé spécial à Taormine,  Romain Lemaresquier

    C'est un sommet du G7 inédit, qui s’ouvre ce vendredi à Taormine. Si habituellement, comme le confirme une source de l’Elysée, le communiqué final est pratiquement ficelé avant même l’ouverture d’un sommet du G7, cette année, la présence de Donald Trump n’a pas permis d’élaborer ce texte si attendu.

    La faute aux tergiversations américaines sur différentes thématiques, notamment celle concernant la lutte contre le réchauffement climatique. Le président américain a annoncé qu’il se prononcerait après ce sommet sur une éventuelle sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris.

    Si j'étais Emmanuel Macron, je ne chercherais pas nécessairement à convaincre Donald Trump...
    En France, les ONG de lutte climatique sont inquiètes: témoignage de Célia Gautier du Réseau Action Climat 26/05/2017 - par Christine Siebert Écouter

    Les différents chefs d’Etats présents en Sicile vont donc tenter d’infléchir la position américaine plus proche des climatosceptiques. Un travail qu’ont déjà entamé les chefs d’Etats européens ce jeudi à Bruxelles lors de la réunion de l’Otan.

    Autre question sensible : l’économie mondiale. Là aussi la position américaine, désormais protectionniste depuis l’arrivée de Donald Trump, détonne avec celles des autres dirigeants qui plaident pour une meilleure régulation du commerce mondial.

    Enfin, la sécurité et la lutte contre le terrorisme vont certainement être l’un des grands sujets de ce rendez-vous. Un sujet qui s’impose quelques jours seulement après l’attentat de Manchester et sur lequel il sera peut-être plus simple de trouver un terrain d’entente.

    Pour Macron, le premier grand test international

    A peine élu, Emmanuel Macron enchaîne les rendez-vous diplomatiques. Après la rencontre avec les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan à Bruxelles jeudi, il est ce vendredi et samedi au sommet du G7 en Sicile, où il va faire ses premiers pas.

    C’est un G7 placé sous le signe du renouvellement des têtes qui va donc se tenir, analyse notre envoyée spéciale, Valérie Gas, et dans lequel Emmanuel Macron va devoir prendre ses marques. Depuis son élection, il a fait en sorte de montrer sa volonté de prendre à bras le corps les sujets internationaux sur lesquels il n’a pas d’expérience. Il a réservé sa première visite à Angela Merkel, il s’est rendu à la rencontre des militaires en opération extérieure au Mali, il a reçu à l’Elysée le président du Conseil européen Donald Tusk et le président du Conseil des ministres italien Paolo Gentiloni.

    Autant de rencontres destinées à l’aider à préparer les deux premiers grands rendez-vous internationaux inscrits à son agenda : l’Otan et le G7. En Sicile, Emmanuel Macron va avoir l’occasion de mener une série de rencontres bilatérales avec des dirigeants qu’il n’a pas encore eu l’occasion de rencontrer comme les Premiers ministres japonais ou canadien, les chefs d’Etat de Tunisie et du Niger, invités du G7. Bref, Emmanuel Macron va essayer de prendre sa place sur la scène internationale.

    ► A (re) écouter : G7 à Taormina: une petite ville pour un grand événement (Bonjour l'Europe)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.