GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Juin
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Aujourd'hui
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: guerre des mots entre Jeremy Corbyn et Theresa May

    media Lundi, deux jours après l'attentat de Londres, le chef de file du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a appelé la Première ministre Theresa May à démissionner. REUTERS/Andrew Yates

    Au Royaume-Uni, la campagne pour les législatives prend un nouveau tournant après l'attaque qui a fait 7 morts samedi soir dans la capitale britannique. En témoigne cette déclaration du chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn qui appelle à la démission de Theresa May. La Première ministre est responsable, accuse-t-il, des réductions d'effectifs policiers. La dirigeante conservatrice s'est, de son côté, défendue à plusieurs reprises en affirmant notamment avoir « protégé les budgets de la police contre-terroriste ». Ce lundi soir, la police a dévoilé les identités de deux des trois auteurs de l'attentat.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Une véritable guerre des mots à propos de la sécurité a éclaté entre les deux principaux candidats qui s'affrontent pour remporter les élections de jeudi. Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste, a créé la surprise ce lundi en appelant la Première ministre à la démission. 

    Jeremy Corbyn estime qu'en tant que ministre de l'Intérieur responsable de la sécurité des Britanniques pendant 6 ans, elle a été incapable de protéger la population en ignorant de nombreuses mises en garde lui demandant de ne pas réduire les effectifs de la police.

    Jeremy Corbyn qui rappelle la suppression de quelque 20 000 postes d'officiers lors de la vaste réforme de la police opérée par Theresa May depuis 2010.

    De son côté, celle qui a été désignée Première ministre il y a moins d'un an, a accusé Jeremy Corbyn de manquer de fermeté en s'étant opposé par le passé à toutes les lois passées pour renforcer la lutte contre le terrorisme.

    Néanmoins cette escalade verbale provoque un certain malaise parmi les électeurs qui ne sont pas dupes des visées électorales des deux candidats derrière leurs déclarations.

    Même sentiment chez certains députés, côté conservateur comme travailliste, qui ne cachent pas leur embarras, estimant que deux jours à peine après ce nouvel attentat l'heure n'est pas à tenter de profiter du choc des Britanniques pour obtenir des voix lors du scrutin.


    Si quelques jours avant l'attentat Jeremy Corbyn remontait en flèche dans les sondages, l'attaque terroriste et surtout les critiques à l'égard des réductions d'effectifs de police semblent l'éloigner d'une éventuelle victoire.

    Avec notre envoyé spécial à LondresRomain Lemaresquier

    C'est un scénario qui n'est pas propre au Royaume-Uni. En période de trouble, d'attaques, la stabilité et la fermeté sont toujours les meilleurs alliés des gouvernants. Dommage pour le chef du parti travailliste qui semblait presque en mesure de rattraper son retard sur les conservateurs à quelques jours des élections législatives.

    Les critiques formulées par Jeremy Corbyn qui s'en est pris aux forces de l'ordre et qui réclame la démission de Theresa May sont même parvenues à faire fuir des fidèles du parti travailliste à l'image de Michelle, une grand-mère qui va voter en pensant à ses petits-enfants.

    « Je ne pense pas que Jeremy Corbyn se soit rendu service en faisant de telles déclarations. Selon moi la police a fait un travail fantastique dans la nuit de samedi en tuant ces terroristes 8 minutes après avoir été appelée. Ils méritent tous les applaudissements du public pour le travail qu'ils réalisent. Et je pense que nous avons besoin d'un dirigeant fort capable de prendre des décisions importantes quand cela est nécessaire. »

    Michelle a décidé de voter en faveur de Theresa May. Son premier vote en faveur des conservateurs alors qu'elle a aujourd'hui près de 70 ans. Max lui votera tout de même pour les travaillistes car il craint des mesures de sécurité plus draconiennes, mais il ne croit plus en une victoire de Jeremy Corbyn.

    « Ces choses arrivent certainement parce que les élections se déroulent jeudi prochain. Et je pense que les gens vont voter de manière conservatrice parce que les gouvernements conservateurs sont ceux qui parlent de mesures plus sévères, de mesures immédiates ».

    Jeudi soir, les Britanniques sauront qui sera leur chef de guerre. Car c'est bien ce qu'ils choisiront même si dans un premier temps ces élections avaient été convoquées pour préparer les futures négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.