GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Réfugiés: la Commission ouvre des procédures contre Varsovie, Budapest et Prague

    media Des migrants attendent de débarquer du Phoenix, le navire de la Migrant Offshore Aid Station (MOAS) dans le port sicilien de Catane, le 6 mai 2017. REUTERS/Antonio Parrinello

    La Commission européenne va lancer formellement ce mercredi 14 juin des procédures légales contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, pour leur refus catégorique d'accueillir des demandeurs d'asile. Ces trois pays n'ont pas ouvert leurs portes aux réfugiés Syriens, Erythréens ou Irakiens arrivés en Grèce et/ou en Italie. En 2015, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE avaient pourtant adopté un plan de relocalisation de 160 000 demandeurs d'asile, prévoyant que chaque pays membre prenne sa part du fardeau. Profitant de la session plénière du Parlement européen, le commissaire chargé des migrations est venu s'expliquer à Strasbourg.

    Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg,  Anastasia Becchio

    Les mises en garde répétées de Bruxelles n'y ont rien fait. Varsovie, Budapest et Prague continuent de faire la sourde oreille. L'exécutif européen se voit donc contraint d'engager des procédures contre les récalcitrants, explique Dimitris Avramopoulos, le commissaire chargé des migrations.

    « Nous avons épuisé tous les moyens durant l'année écoulée. J'ai appelé ces trois Etats membres à remplir leurs engagements. Je vous rappelle que nous avons pris la décision il y a un an et demi à Luxembourg tous ensemble et qu'elle est obligatoire. Le délai est maintenant écoulé ».

    Après avoir envoyé une lettre demandant des explications aux mauvais élèves, la Commission européenne peut saisir la Cour de justice de l'UE, voire imposer des sanctions financières.

    Pour Dmitris Avramopoulos, il est temps que les pays membres comprennent qu'ils ont aussi un devoir de solidarité. « L'Europe, ce n'est pas seulement pour demander des financements et assurer la sécurité. Tout cela est important bien sûr, mais l'Europe c'est aussi partager des moments difficiles, des défis et des rêves communs. »

    Le plan de relocalisations avance péniblement : à ce jour, un peu moins de 21 000 demandeurs d'asile arrivés en Grèce et en Italie ont été accueillis dans d'autres pays membres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.