GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Juin
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 25 Juin
Lundi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Jours de deuil au Portugal, une collecte nationale s'organise

    media Portugal, au coeur de la région dévastée par l'incendie de forêt qui a débuté samedi 17 juin: la détresse des populations, le dévouement des secouristes, Figueiro dos Vinhos, le 19 juin. REUTERS/Miguel Vidal

    L'incendie mertrier qui ravage la région de Pedrógão Grande, dans le centre du pays, court toujours et le bilan ne cesse d'augmenter. Il est désormais de 62 morts, dont un ressortissant français, et de plus de 60 blessés. Quelque 2000 pompiers sont encore à pied d'oeuvre. Le gouvernement a décrété un deuil national de trois jours et la solidarité nationale s'organise avec le lancement d'une collecte nationale pour venir en aide aux populations touchées par le drame.

    avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy et notre envoyée spéciale, Marine de la Moissonnière

    L’incendie, qui a débuté samedi après-midi et pris des proportions gigantesques, n'est toujours pas maîtrisé, rapporte notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy. Le feu court sur quatre fronts entre les villages de Pedrógão Grande, Figueiro dos Vinhos et Castanheira de Pera.

    Un contingent de 900 sapeurs-pompiers, des militaires, des avions canadairs venus d’Espagne et de France, luttent toujours contre les flammes dans cette région de Pedrógão. Lisbonne a activé le mécanisme européen de protection civile pour avoir l'aide des pays voisins.

    La solidarité s'organise

    C'est un paysage de désolation, des arbres calcinés, des maisons endommagées et la zone où l’incendie fait encore rage n’est pas accessible aux médias. De nombreux villages ont été évacués et certaines personnes décédées ont été découvertes chez elles, asphyxiées dans leurs maisons, dans des zones isolées. Hébétés, les survivants racontent des scènes de cauchemar.

    «C'est une immense tragédie» témoigne cette femme qui a trouvé refuge chez sa soeur dans un autre village 19/06/2017 - par Marine de La Moissonnière Écouter

    « On n'a plus rien », raconte à RFI une habitante de Pedrógão. « Ma maison a brûlé. J'ai tout perdu. Mon mari s'est brûlé aux mains, aux bras, au visage... Mais il n'a pas réussi à sauver notre maison. Tout a brûlé, absolument tout. Ça s'est passé très vite. Je ne comprends pas ce qui est arrivé. Je n'ai pas d'explication ! Nous étions chez nous, mon fils, mon mari et moi... Personne n'est venu nous aider. On n'a pas vu un seul pompier. On a pris la fuite en voiture. C'est vraiment très dur et je ne vois pas comment ça va s'arranger. On n'a plus rien ».

    La solidarité s'organise comme dans la petite ville de Pedrógão où la maison de retraite a ouvert ses portes pour accueillir les villageois déplacés et où la population apporte eau et vivres, rapporte notre envoyée spéciale. Une collecte nationale a également été lancée pour leur venir en aide. 

    C'est dans la nuit de samedi à dimanche que l'incendie a tout emporté sur son passage. La plupart des victimes sont mortes carbonisées en tentant de prendre la fuite par la route.  Les autorités craignent que d'autres victimes ne soient découvertes au fur et à mesure des recherches. 

    La foudre, la sécheresse, la chaleur: un cocktail explosif

    Selon les pompiers, c’est la foudre qui est à l’origine de cet incendie. « Nous avons trouvé l'arbre frappé par la foudre », a déclaré le directeur national de la police judiciaire, Almeida Rodrigues. Une enquête est en cours. Les températures très élevées, les vents chauds soufflant avec force du sud, ont attisé les brasiers. Et les immenses étendues de pins et d’eucalyptus de la région se sont embrasées comme fétu de paille.

    Trois jours de deuil ont été décrétés par le gouvernement alors que la saison des feux ne fait que commencer. Dimanche, ce sont plus de 2 000 pompiers qui ont été mobilisés sur l’ensemble du territoire portugais où une centaine de départs de feux avaient été signalés.

    Cette tragédie est la pire tragédie qu’ait connu le Portugal mais ce n’est pas le moment de chercher des reponsabilités politiques commentait ce lundi matin le gouvernement à Lisbonne.  

    Incendies de forêt au Portugal: des volontaires assurent une distribution d"eau et de vivres à Pedrógão Grande, le 18 juin 2017. REUTERS/Miguel Vidal

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.