GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Sous-marins nucléaires : la Russie modifie le traitement de ses «déchets»

    media Des épaves de bateaux en tous genres à Teriberka, sur la côte de la mer de Barents, dans le nord-ouest de la Russie, en 2010. AFP PHOTO/PIERRE-HENRY DESHAYES

    La Russie a entamé mardi 27 juin 2017 un nouveau processus de traitement des déchets issus de sous-marins nucléaires datant de l'époque soviétique. Jusqu'alors, ces déchets étaient stockés dans la baie d'Andreeva, à proximité de la Norvège. Les organisations écologiques craignaient des fuites radioactives.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Une centaine de sous-marins nucléaires russes datant de la guerre froide sont en train de rouiller dans la mer de Barents.

    D'après l'ONG Bellona, les réacteurs de certains sous-marins sont encore chargés de combustibles nucléaires.

    Mais dans la plupart des cas, le combustible radioactif est stocké dans des containers sans contrôle.

    Depuis vingt ans, un train en transporte chaque année quelques-uns de la baie d'Andreeva jusqu'au site de Mayak, dans l'Oural, 3 000 kilomètres plus au sud.

    C'est là que les déchets nucléaires sont traités. Mais le processus était extrêmement lent.

    Il devrait dont s'accélérer désormais, grâce à un transport mer + train, passant par le port de Mourmansk, qui devrait permettre d'évacuer la totalité du combustible nucléaire de la baie d'Andreeva, en cinq ans.

    L'opération est financée par l'Union européenne, le Japon et le Canada, mais surtout par la Norvège qui en finance plus des deux tiers.

    → À relire : Le marché des sous-marins propulsé par les tensions internationales

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.