GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Migrants: Rome attend un geste des Européens pour désengorger ses ports

    media Des migrants au port de Messina, en Sicile, en mars 2016. GIOVANNI ISOLINO / AFP

    L’Italie, qui a accueilli 83 600 migrants secourus en Méditerranée centrale depuis le 1er janvier, soit 18,7% de plus par rapport à la même période en 2016, doit demander, lors d’une réunion à Paris, un effort de ses partenaires pour alléger les ports des régions du sud où débarquent des navires de secours battant différents pavillons étrangers.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Au cours de cette réunion qui doit se tenir ce dimanche à Paris, le ministre de l’Intérieur italien Marco Minnitti souhaite aborder, avant tout, la question des ONG présentes en Méditerranée et qui secourent plus de 30 % des migrants.

    Rome travaille en effet sur un projet de code de conduite européen qui introduirait des critères sévères. Autrement dit, pour mettre fin aux soupçons de collusion avec des trafiquants de migrants en Libye, les ONG devraient fournir des informations claires sur leur financement et le matériel en dotation.

    Autre chapitre délicat : un pays comme la France, dont des ports donnent sur la Méditerranée, accepterait-il d’accueillir des migrant secourus par des navires battant pavillon français ? « Si les seuls ports vers lesquels les réfugiés sont acheminés sont les ports italiens, cela ne marche pas. C'est le coeur de la question », a déclaré le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, avant de s'entretenir avec ses homologues français et allemand.

    Quid des relocalisation ?

    « Je suis un europhile et je serais fier si même un seul bateau, au lieu d'arriver en Italie, allait dans un autre port. Cela ne résoudrait pas le problème de l'Italie mais ce serait un signal extraordinaire » montrant que l'Europe veut aider l'Italie, a encore dit le ministre.

    Enfin troisième question importante : comment améliorer le programme européen de relocalisation adopté en 2015 ? A ce jour, seuls 7 200 réfugiés sur les 40 000 prévus en deux ans ont pu quitter l’Italie pour reconstruire leur vie dans un autres pays de l’Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.