GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Roumanie: polémique après une nouvelle attaque d’ours

    media A cause de la déforestation et du surpâturage, les ours cherchent de nouveaux territoires. DANIEL MIHAILESCU / AFP

    La polémique reprend en Roumanie après une nouvelle attaque d'ours dans les Carpates. Deux bergers ont été blessés samedi 8 juillet et n'ont dû leur salut qu'à leurs chiens. Comme souvent dans ce cas de figure, les habitants de la région ne sont pas d'accord avec les défenseurs de l'environnement.

    Avec notre correspondant à Bucarest,  Benjamin Ribout

    Dans la région de Harghita, dans le centre de la Roumanie, les populations locales en ont assez des ours. Il n'est pas rare que du bétail disparaisse ou que les champs soient endommagés. Mais les habitants craignent également les attaques du plantigrade.

    Actuellement hospitalisés, deux bergers ont été gravement blessés samedi 8 juillet par un ours venu attaquer leurs brebis dans une prairie. L'un d’eux a été mordu à la tête, à la hanche et aux organes génitaux.

    A cause de la déforestation et du surpâturage, les ours cherchent de nouveaux territoires. Et ils sont nombreux : 6 000 ours bruns vivent en Roumanie, ce qui représente 60% de la population européenne. Un quart d'entre eux se trouve dans le seul département de Harghita.

    Sept personnes y ont subi des attaques depuis janvier. C’en est trop pour les autorités locales. Mercredi 5 juillet, 500 maires et fermiers ont manifesté à Bucarest afin de pouvoir abattre les spécimens dangereux. Chose qui n'est plus autorisée depuis l'an passé après des pressions de l'Union européenne et des défenseurs de l'environnement.

    Le ministère a donc proposé une dérogation, soumise à débat public et portant sur l'abattage de 140 ours. « Une goutte d'eau, mais ce serait déjà un début », a déclaré le préfet de Harghita.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.