GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Scandale des œufs contaminés: comment ramener la confiance?

    media Lunteren, Pays-Bas, le 7 août 2017. REUTERS/Francois Lenoir

    Plusieurs scandales alimentaires ont touché l'Europe ces dernières années : la maladie de la vache folle dans les années 1990, la bactérie Escherichia coli en 2011, les lasagnes à la viande de cheval en 2013, et à présent l'affaire des œufs contaminés à l'insecticide Fipronil, qui concerne désormais 15 pays de l'UE, plus la Suisse et Hong Kong. Tout est parti d'une fraude et les enquêtes sont en cours pour déterminer les responsables. Les consommateurs s'interrogent : comment être sûr de ce qu'ils mangent ?

    Au petit marché hebdomadaire de la place des Chasseurs ardennais, non loin du quartier européen de Bruxelles, dans le panier des habitants, pas d'œufs ce vendredi. Les gens n'ont plus confiance. « Aujourd'hui, ma femme et moi, on a arrêté d'acheter des œufs », confie un homme à notre correspondante, Laxmi Lota.

    « J'ai un enfant, je ne veux pas acheter des œufs, surenchérit une dame. A la limite, il faut faire pousser nous-mêmes nos légumes, avoir une poule... Ça se fait dans le quartier où j'habite. Il y a un poulailler et on peut adopter une poule. C'est peut-être ça, la solution finalement ! »

    Risque particulièrement faible pour la santé

    Les consommateurs ne risqueraient pourtant pas leur santé en consommant les produits issus des œufs contaminés importés de Belgique et des Pays-Bas, selon les conclusions d'un rapport de l'Anses, l'agence indépendante française pour la sécurité sanitaire de l’alimentation.

    Le risque pour la santé est très faible, compte tenu des concentrations de Fipronil observées sur les produits incriminés, selon ce rapport. Les scientifiques se sont appuyés sur une précédente expertise de 2005, qui analysait déjà les risques en cas d'ingestion d'œufs contaminés au taux maximum de Fipronil.

    « On s'est placé dans le pire cas, on a regardé ce qu'il se passerait si on consommait les œufs les plus fortement contaminés. A partir de ça, on a pu montrer qu'il y a des niveaux de consommation en dessous desquels il n'y a pas de risque », relate le Dr Françoise Weber, directrice générale adjointe de l'Anses.

    « Un enfant de 1 à 3 ans, s'il ne consomme pas plus d'un œuf dans la journée, il n'y a pas de risque. Un adulte, jusqu'à dix œufs qui seraient contaminés au taux le plus élevé, il n'y a pas de risque toxique. Donc, on est sur un risque extrêmement faible, même si on mange beaucoup d'œufs », ajoute-t-elle.

    Risques : que peut faire l'Union européenne ?

    Ces conclusions rassurent, mais à Bruxelles par exemple, certains souhaiteraient que l'UE protège plus. Pour Julie Frère, de l'association de consommateurs belge Test-Achats, l'échange d'informations entre pays n'a pas été assez rapide. Ce sont les Etats qui ont la responsabilité des analyses, rappelle-t-elle.

    Et de dénoncer ce principe de « l'auto-contrôle » : « Comment est-ce possible qu'aucune agence nationale, ni hollandaise, ni allemande, ni belge, ni française, n'ait détecté la présence de cette substance suffisamment à temps ? Ça pose question sur la manière dont les contrôles ont été établis. »

    Impossible d'éviter chaque scandale sanitaire, pour Test-Achats ; les fraudes existeront toujours et les agences pour la sécurité alimentaire ne peuvent pas contrôler toutes les substances potentiellement dangereuses. Mais l'UE peut peut-être agir plus rapidement voire même prévenir.

    → À relire : Le nombre de pays concernés par les œufs contaminés augmente

    Les Pays-Bas ont toujours été un pays commerçant. Il y a le plus gros port d'Europe, Rotterdam. Et au niveau agricole en général, ils ont une forte production, beaucoup plus forte que la demande interne (...) donc ça veut dire que c'est un pays qui exporte énormément
    Loïc Coulombel, président du Syndicat national français des industriels et professionnels de l'œuf, explique pourquoi les œuf contaminés hollandais se retrouvent partout dans le monde 12/08/2017 - par Ariane Gaffuri Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.