GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le PCF tiendra un Congrès extraordinaire du 24 au 26 novembre 2018 (officiel)
    • Hariri confirme qu'il sera présent à Beyrouth pour la fête nationale mercredi et s'y exprimera
    • Hariri remercie la France et le président Macron «pour son soutien»
    Europe

    Italie: une magnifique lettre d’amour pour Naples enflamme la toile

    media Naples a reçu les hommages de nombreux artistes et écrivains comme Stendhal ou encore Goethe qui écrivait: «J’excuse tous ceux à qui la vue de Naples fait perdre les sens».. Getty images/ Daniel Reiter

    « Voir Naples et mourir » est une expression bien connue, dont la paternité est parfois attribuée à Goethe ou Alexandre Dumas père, excusez du peu. Pour les Napolitains, elle signifie que leur ville est tellement belle et envoûtante que sans elle la vie perd de son sens. Mais ces sentiments passionnés ne sont guère partagés par les Italiens du Nord. Alors quand une femme née dans l’opulente ville de Trévise poste sur sa page Facebook déclare la guerre aux clichés sur Naples dans une lettre d’amour dédiée à la ville et ses habitants, cela fait le buzz sur toute la toile.

    La lettre de Valeria, 32 ans, originaire du nord de l’Italie et arrivée à Naples en 2015, est tout simplement magnifique. D’ailleurs, après sa publication sur Facebook, elle a reçu en moins d’une semaine 30 000 likes et 6 000 commentaires.

    En débarquant à Naples, Valeria ne s’attendait pourtant pas à tomber amoureuse de la ville. Elle raconte que lorsque son mari, qui travaille dans l’aéronautique, a été muté à Naples pour deux ans, l’idée même de devoir le suivre l’a d’abord plongée dans la panique la plus totale. Comment allait-elle survivre dans ce far-west du sud ? Un vrai cauchemar qui s’est finalement transformé en rêve.

    Valeria, qui se définissait auparavant comme « la fille de région de la polenta », sent aujourd’hui Naples comme sa propre terre, dans toutes ses qualités et ses défauts, « parce que Naples est magique, Naples t’hypnotise et prend ton cœur pour la vie ».

    Une lettre contre les préjugés

    Pour expliquer son amour pour Naples, Valeria parle davantage des Napolitains que des spécialités gastronomiques ou des couchers de soleil, avec le Vésuve en toile de fond. Elle est surtout passionnée par le mélange de culture, de richesse et de pauvreté que concentre Naples. Chaque angle de la ville, dit-elle, « est un labyrinthe d’histoires, de poésie, de musique, d’amour débordant de vie ». « Les Napolitains savent communiquer, transmettre le goût du présent (…) Si vous leur offrez un sourire, ils vous adoptent comme un membre de leur famille », écrit-elle, avant de terminer sa lettre par ces mots : « Comme nous sommes stupides, nous les gens du Nord, avec nos préjugés, nos habitudes de vie monotone, confortable, bien organisée ! ». Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait reçu la médaille de la ville de Naples de la part du maire de la cité parthénopéenne, Luigi De Magistris, toujours attentif aux réseaux sociaux.

    De grands écrivains conquis par Naples

    Cette belle histoire rappelle les éloges de grands écrivains, dont Stendhal qui fut lui aussi follement amoureux de Naples, et c’est une grande bouffée d’oxygène pour la ville. Car malheureusement, Naples est plus souvent évoquée pour sa criminalité organisée dont elle souffre au quotidien, que sur ses autres visages. Inciter à se libérer des clichés est ainsi une arme pour lutter contre la Camorra.

    Parmi les grands auteurs, Goethe a lui aussi été conquis par la ville. « Quoi qu’on dise, quoi qu’on raconte ou qu’on dépeigne, Naples dépasse tout : la rive, la baie, le golfe, le Vésuve, la ville, les campagnes voisines, les châteaux, les promenades… J’excuse tous ceux à qui la vue de Naples fait perdre les sens », écrivait-il dans Voyage en Italie.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.