GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    L'Ukraine veut prouver qu'elle n'a rien à voir avec les missiles nord-coréens

    media Une photo non datée d'un tir de missile diffusée par l'agence de presse nord-coréenne KCNA le 7 mars 2017. NORTHKOREA-MISSILES/DEFENCE KCNA/via REUTERS/File Photo

    Il y a trois jours, le 14 août, le New York Times publiait une enquête établissant un lien entre les missiles intercontinentaux testés par la Corée du Nord et des moteurs de missiles de technologie ukrainienne. La publication a déclenché une levée de boucliers en Ukraine. Le président Petro Porochenko a ordonné une enquête, mais un peu tard.

    Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

    Prouver que l'Ukraine n'a rien à voir avec les moteurs des missiles nord-coréens, et trouver la source des fausses informations visant à discréditer le pays, Petro Porochenko a fixé des objectifs clairs à ses services de sécurité.

    Sa décision d'ouvrir une enquête intervient pourtant plus de deux jours après la publication de l'article du New York Times. Entre temps, plusieurs éléments sont déjà venus relativiser les allégations du journal, et disculper l'Ukraine.

    Il est peu probable que l'initiative de Petro Porochenko produise des résultats incontestés. Il a donné seulement trois jours aux enquêteurs pour étudier un cas potentiellement très complexe, et l'annonce de l'enquête semble déjà contenir les résultats qu'il en attend.

    Au lieu d'être une recherche de vérité, l'enquête présidentielle s'apparente plus à un geste d'agacement. L'exécutif ukrainien est outré d'être accusé d'association avec le régime voyou de Pyongyang. Et ce, à un moment où la Maison Blanche considérait la livraison d'armes létales à l'Ukraine pour l'assister dans son effort de guerre, des armes attendues depuis des années.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.