GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Septembre
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Esclavages, traites et combattants de la liberté

    media Les fers du travail forcé. Getty Images/Studio Box

    Depuis 1998, tous les 23 août, la communauté internationale célèbre la « journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition ». Une date qui fait référence à la nuit du 22 au 23 août 1791 à Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti et République Dominicaine) d’où est partie une insurrection qui jouera un rôle déterminant dans l’abolition de la traite négrière transatlantique. Une commémoration pour rappeler un crime à portée universelle, qui a relégué des millions d’êtres humains au rang de marchandise, et pour rendre hommage aux combattants de la liberté qui ont, de tout temps, lutté pour l’affirmation des droits humains.

    Aucun inventaire exhaustif ne peut rendre compte de l’abomination de l’esclavage et de l’horreur de la traite. Comme l’écrivait la directrice générale de lUnesco Irina Bokova, « l’histoire de la traite négrière et de l’esclavage a fait couler un flot de rage, de cruauté et d’amertume qui ne s’est pas encore tari. Elle est aussi une histoire de courage, de liberté et de fierté de la liberté reconquise… L’aboutissement de ce combat, mené par les esclaves eux-mêmes, est une source inépuisable d’inspiration pour lutter aujourd’hui contre toutes les formes de servitude, le racisme, les préjugés, les discriminations raciales et les injustices sociales hérités de l’esclavage. »

    Spartacus, le héros antique

    Nous ne savons rien de l’origine de l’esclavage. Certains disent que dans les premières sociétés humaines, l’homme ne songeait qu’à éliminer physiquement son ennemi et que ce n’est que bien plus tard, quand il fit des prisonniers, qu’il décida parfois d’en faire des esclaves à son service. « Les codes juridiques de Sumer prouvent que l’esclavage existait dès le IVe millénaire avant J.-C. Le symbole sumérien correspondant au terme "esclave" en écriture cunéiforme, signifie "étranger", ce qui indique une origine essentielle : les premiers esclaves étaient probablement des prisonnier de guerre », dit le Larousse. Par contre, dans l’Egypte antique (comme plus tard dans l’Europe chrétienne), des hommes, des femmes ou des enfants se vendent ou sont vendus pour payer des dettes. Le roi de Babylone au XVIIIe avant J.-C. définit la valeur d’un esclave dans le code d’Hammourabi et estime qu’elle équivaut à un âne, alors qu’en Asie occidentale, le code des Hittites (1800 à 1400 avant J.-C.) reconnaît que l’esclave est un être humain mais d’une classe inférieure.

    Une condition contre laquelle se sont certainement rebellés de nombreux hommes dont les récits ne nous sont pas parvenus. Durant l’Empire romain (entre 27 avant J.-C. et 476 après J.-C.) suite aux multiples conquêtes militaires, le nombre d’esclaves devient plus important que celui des hommes libres. Les esclaves sont soumis aux pires traitements et de nombreuses révoltes éclatent. Le héros le plus célèbre de cette époque fut l’esclave gladiateur Spartacus, qui leva une armée d’esclaves contre Rome pour se libérer. Son histoire inspirera de nombreux auteurs et de multiples luttes.

    L’esclave, « une sorte de propriété animée »

    Le phénomène de l’esclavage est quasi-universel. On en trouve des traces dans le passé de très nombreuses civilisations sur tous les continents, aussi bien dans les sociétés pastorales sédentaires du Moyen-Orient, que chez les pasteurs nomades d’Amérique du Nord, comme domestiques en Chine ou comme marins en Scandinavie... L’esclave est considéré comme une force de travail servile, on peut tout lui demander, il appartient totalement à un maître comme un bien ou une chose. Aristote (philosophe grec, 384 à 322 avant J.-C.) définissait l’esclave comme « une sorte de propriété animée », son humanité a été réduite au statut de marchandise, sa vie ne lui appartient plus et il est soumis à son maître dans un rapport de domination fondée sur la violence.

    L’économie de profit va largement utiliser l’esclavage dans tous les secteurs d’activité de grande pénibilité qui nécessitent une importante force de travail, comme dans le secteur des mines (les mines d’argent du Laurion, exploitées par Athènes au Ve siècle avant J.-C. ou les mines d’or des royaumes Ashanti dans le Ghana du XVIIIe siècle). Mais c’est surtout l’économie de plantation qui va provoquer les plus gros transferts de main d’œuvre de toute l’histoire au détriment des peuples d’Afrique.

    Guerres et traites

    De l’Antiquité au Moyen-Âge, le nombre d’esclaves augmente dans des pays comme l’Espagne, le Portugal et l’Italie principalement à partir des grandes républiques maritimes de l’époque comme Gênes ou Venise où opèrent de nombreux marchands d’esclaves. Une période qui prendra fin au XVe siècle en Occident avec le servage (un système féodal où la personne, « le serf », est attaché à une terre et dépend d’un seigneur) qui remplacera progressivement l’esclavage.

    Dans le monde arabo-musulman, dès le VIIe siècle, l’esclavage est très ancré dans les mœurs. Des Slaves sont acheminés vers l’Espagne musulmane. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord s’approvisionnent en Afrique qui fournit d’importants contingents d’esclaves, qui transitent par le Sahara, l’océan Indien et la mer Rouge (estimé par les historiens entre 5 000 et 10 000 esclaves par an). Les hommes sont utilisés principalement dans l’armée ou pour des travaux domestiques et les femmes servent d’esclaves sexuelles ou de concubines pour les harems. Une des plus importantes révoltes d’esclaves qui se déroula en Irak de 869 à 883 met fin à l’exploitation massive des Noirs dans le monde arabe. Mais cette pratique d’utiliser des esclaves, dans d’autres proportions, demeura longtemps. Au XIXe siècle, Zanzibar devient un important marché d’exportation d’esclaves à destination du golfe Persique : d’après le sultanat, près de 700 000 esclaves transiteront par l’île entre 1830 et 1872.

    Le dernier marché aux esclaves sera fermé au Maroc en 1920. L’Arabie saoudite n’abolira l’esclavage qu’en 1962 et il faudra attendre 1981 pour qu’il soit officiellement aboli en Mauritanie. L’Organisation internationale du travail (OIT) révèlera dans un rapport de 1992 que l’esclavage n’a pas disparu en Mauritanie ni au Soudan où des enfants sont encore vendus comme esclaves en 1993.

    Depuis la plus haute antiquité, l’Afrique est en proie à de multiples systèmes de traite esclavagiste. De l’Egypte pharaonique, au trafic transsaharien, à la traite négrière transatlantique, l’Afrique est déchirée par de nombreux trafics alimentés par des guerres internes, pourvoyeuses de prisonniers soumis à l’esclavage. Les grands Empires du Ghana (IXe – XIe siècle), du Mali (XIIIe – XVe siècle) ou Songhaï (XVe – XVIe siècle) ont tous pratiqué l’esclavage à des degrés divers. Le premier empereur de l’Empire du Mali, Soundiata Keïta prescrit à Kouroukan Fouga au début du XIIIe siècle, sa charte du Mandén (une des plus vieilles Constitutions du monde) qui prône la paix sociale dans la diversité, l’inviolabilité de la personne humaine, l’éducation, l’intégrité de la patrie, la sécurité alimentaire, la liberté d’expression et d’entreprise, l’abolition de l’esclavage par razzia et l’interdiction de maltraitance des esclaves. Mais la charte sera remise en question après sa mort et ses commandements seront ensuite oubliés. L’effondrement de l’Empire des Songhaï, qui domina l’Afrique de l’Ouest jusqu’au XVIe siècle, et les guerres intestines entre clans et royautés d’Afrique subsaharienne alimenteront la traite transatlantique alors en devenir.

    Le plus grand mouvement de déportation de l’Histoire

    La traite négrière transatlantique et la traite dans l’océan Indien perpétrée par les Européens à partir du XVe siècle, aux Amériques, dans les Caraïbes et dans l’océan Indien, contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes, reconnue comme crime contre l’humanité, fut, comme le résumé l’historien Jean-Michel Deveau, « la plus gigantesque tragédie de l’histoire humaine par l’ampleur et la durée ».

    Pendant environ quatre siècles, la traite négrière a été légitimée intellectuellement par la construction d’une idéologie raciste, anti-noire et juridiquement par un texte assassin, « le code noir » de 1685. Son commerce triangulaire entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques fut le plus grand mouvement organisé de déportation de l’Histoire. Des millions d’Africains ont été arrachés à leurs foyers pour être déportés vers le Nouveau Monde sans possibilité de retour (de 11 à 16 millions de personnes selon les sources).

    Près de 11% en moyenne mouraient pendant le voyage sur les bateaux. Les Africains, jugés plus résistant que les Amérindiens, étaient ensuite vendus pour travailler dans les plantations ou comme domestiques dans les propriétés. Les familles étaient souvent disséminées, les femmes étaient en permanence exposées aux viols des propriétaires et tous subissaient des mauvais traitements, l’enchainement, parfois la torture et le meurtre. Aujourd’hui, les Afro-Américains et les descendants d’esclaves des îles restent encore profondément marqués par ce passé douloureux.

    Les résistances et les luttes

    Il y eu des révoltes qui réussirent. La plupart se réalisaient sur les côtes africaines car une fois embarqués en haute mer, c’était extrêmement rare. On raconte qu’en 1539, quelque 109 esclaves prirent le contrôle d’un navire portugais, le Misericordia, mais on n’entendit plus jamais parler du navire. D’après les documents de la compagnie d’assurance maritime britannique, la Lloyd’s, 1053 navires furent coulés en face de l’Afrique dont 17% pour faits de révoltes, de pillages ou d’insurrections, entre 1689 et 1803.

    Dans les Amériques et les îles, de nombreuses révoltes marquèrent ces quatre siècles de domination. Certains arrivèrent à s'enfuir (on les appelait les marrons) et recréèrent des sociétés à l'image de leur terre d'origine dans des lieux isolés (Amazonie, les Hauts de la Réunion). D'autres affrontèrent leurs oppresseurs. La principale source d’opposition à l’esclavage viendra des esclaves eux-mêmes. En 1791 commença en Haïti une révolte d’esclaves que les Blancs ne parvinrent pas à mater. Elle aboutira le 29 août 1793 par la suppression de l’esclavage dans l’île proclamée par les commissaires de la République Sonthonax, membre de la Société des amis des Noirs, et Polverel, tous deux munis de pouvoirs extraordinaires.

    Le 4 février 1794, la mesure des deux commissaires est ratifiée par la Convention qui l’étend à toutes les colonies françaises. Cependant, en 1799, sous la pression des commerçants du sucre, l’esclavage est rétabli en 1802 par le Premier consul Bonaparte. La révolte des Noirs qui s’en suivra à travers les Antilles conduira le 1er janvier 1804 à l’indépendance d’Haïti qui sera dirigée par Jean-Jacques Dessalines, un ancien esclave de Saint-Domingue, compagnon d’armes de Toussaint Louverture, descendant d'esclaves noirs, qui deviendra une des grandes figures de Haïti, des mouvements anticolonialiste et abolitionniste.

    Les abolitionnistes

    Dès le XVIIIe siècle, les excès des esclavagistes provoquent des réactions abolitionnistes portées par de nombreux écrivains (Montaigne, Montesquieu, Voltaire, Marivaux …) et des économistes (Adam Smith, Rossi) qui s’en prennent au principe même de l’esclavage. Sa suppression en Angleterre et en France interviendra en deux temps. Ce sera d’abord l’interdiction de la traite (1807 pour l’Angleterre, 1815 pour la France) puis l’émancipation des esclaves (1833 pour l’Angleterre et 1848 pour la France sur l’initiative de Victor Schœlcher qui se rendra aux Antilles pour proclamer définitivement l’abolition de l’esclavage décrétée le 4 mars 1848).

    Aux Etats-Unis, le sentiment anti-esclavagiste s’intensifie en 1831 avec la publication d’un journal abolitionniste The Liberator et par des révoltes d’esclaves menées par Nat Turner qui dureront jusqu’en 1840, date à laquelle de nombreux esclaves s’échappèrent vers les Etats du Nord pour y gagner la liberté. Après la guerre de Sécession et après que le Danemark et les Pays-Bas ont aboli l’esclavage en 1860, les Etats-Unis intègrent cette abolition au 13ème amendement de leur Constitution le 31 janvier 1865.

    Dans cette mouvance, les condamnations internationales se multiplient pour affirmer la fin de l’esclavage. La Conférence coloniale de Bruxelles, la Société des Nations (SDN), la Convention de Saint-Germain-en-Laye, la Convention de Genève sur l’esclavage et la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU du 10 décembre 1948 stipule dans son article 4 : « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. »

    A toutes les époques, des hommes se sont battus contre leur condition d’esclave et d’autres ont lutté pour leurs libertés. Cette journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition leur rend hommage.

    → Écouter : Pour R. Diallo, « l'esclavage français est peu présent dans les mémoires »

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.