GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 26 Novembre
Lundi 27 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les travailleurs détachés, sujet central du voyage de Macron en Europe de l’Est

    media La France veut durcir la directive européenne sur les travailleurs détachés. © DR

    Le président français entame, ce mercredi 23 août, une tournée de trois jours en Europe de l'Est. Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, est attendu en Autriche, puis en Roumanie et en Bulgarie. Lors de ce voyage, il sera beaucoup question de la réforme du régime des travailleurs détachés que le chef de l'Etat veut durcir contre la volonté de plusieurs pays de la région.

    La plupart des 27 pays membres de l’Union européenne (UE) étaient prêts à donner leur feu vert au toilettage du texte proposé en juin 2017 par la Commission de Bruxelles. Mais, à peine élu, le président Macron renverse la table. Il refuse ce texte et propose des règles plus strictes car, en France, grand pays d'accueil des travailleurs détachés, les entreprises souffrent de cette concurrence déloyale. Ces salariés européens, souvent sous-payés, pas toujours déclarés, proviennent pour la plupart des pays de l'Est, surtout de la Pologne mais aussi de la Roumanie, d'où la bronca des pays d'origine contre les projets du président français.

    Expliquer le bien-fondé de son projet de réforme

    En Autriche, où il va aussi rencontrer les dirigeants tchèques et slovaques, puis en Roumanie et enfin en Bulgarie, Emmanuel Macron va faire de la pédagogie pour expliquer le bien-fondé de sa réforme, avec une argumentation très politique déclinée par son entourage : l’absence d'une bonne régulation du marché du travail favorise la montée du sentiment anti-européen, on l'a vu au Royaume-Uni. Le président français veut parvenir à un bon accord en octobre.

    Avec ses interlocuteurs, il évoquera bien sûr les autres réformes européennes en chantier qui lui sont chères : la défense, la gestion de l'asile et des migrations et la politique commerciale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.