GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    [Reportage] Espagne: un accueil rude dans les centres d'internement d’étrangers

    media Tarifa, à la pointe sud de l’Espagne. RFI/Benjamin Delille

    L'afflux migratoire en Espagne connaît un regain depuis cet été. Ils sont plus de 9 000 migrants à être entrés sur le territoire espagnol en 2017, selon l'Organisation internationale des migrations (OIM), un chiffre qui dépasse largement celui des années précédentes à la même période. Pour accueillir les migrants en situation irrégulière, l'Espagne a mis en place, depuis plusieurs années, des centres d'internement d'étrangers, les CIES. Mais pour beaucoup d'ONG, il s'agit plus de prisons que de centres d'accueil. Reportage à Tarifa, à la pointe sud de l'Espagne.

    Avec notre envoyé spécial à Tarifa, Benjamin Delille

    Roger est Camerounais. Quand il pense à son voyage jusqu'au Maroc, ses deux ans d'attente sur place, sa traversée du détroit, il garde un sourire un peu crispé, comme pour oublier le stress. Mais dès qu'il parle du centre dans lequel il fut interné à Tarifa, son sourire disparaît. « C'est un calvaire, c'est l'enfer, en fait. Moi, je n’avais jamais fait de prison, c'était ma première fois. C'était comme Guantanamo où vous devez être en rang. C'est une prison, pas un centre d'accueil. Et puis il y a des moments même où, là où il n'y a pas de caméras, les gars vous emmènent dans un angle et puis on vous... On vous cogne, hein ! », raconte-t-il.

    Il y a des gens d'Algésiras, de Chiclana, de Cadiz, de partout. Mais vu qu'il y a d'autres points d'arrivées, on ne peut pas recevoir tous les bénévoles au même endroit, cela risquerait de saturer le réseau.

    Lydia Alonso, infirmière pour la Croix Rouge à Tarifa 25/08/2017 - par Benjamin Delille Écouter

    « Le traitement humanitaire est le plus adapté possible »

    Chaque migrant adulte en situation irrégulière doit rester soixante jours dans ces centres. Agustín Muñoz représente le gouvernement espagnol dans la province de Cadix. Pour lui, ces centres sont indispensables pour s'occuper des migrants. Il a du mal à croire ce que décrit Roger. « Certes on peut toujours mieux faire mais je vous assure que le traitement humanitaire que reçoivent ces personnes, par les services sociaux, mais aussi par la police, est le plus adapté possible », assure-t-il.

    Au bout des soixante jours, les migrants sont censés être expulsés. Mais dans la pratique la majorité d'entre eux se retrouvent dans les rues espagnoles, abandonnés.

    J’ai quitté le Cameroun parce que ça n’allait pas: Boko Haram et la politique en place. […] Je suis arrivé au Maroc, j’ai fait pratiquement deux ans. […] Le 26 décembre 2016, on organise tout, entre les amis, les copains, d’autres nationalités, […] on le met dans l’eau, on essaie de partir, et puis c’est tout. […] J’ai accosté à une petite plage de Tarifa. On a pris le temps de rendre grâce à Dieu, de finir avec la souffrance du Maroc, de l’Afrique. Certes la souffrance continue mais on a atteint, en fait, l’objectif principal de tout immigré quand il quitte son pays

    Ecoutez Roger, immigré Camerounais en Espagne, à Tarifa 23/08/2017 - par Benjamin Delille Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.