GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: le Parlement catalan pour la tenue d'un référendum d'indépendance

    media Le Parlement de Catalogne, à Barcelone (photo d'illustration). REUTERS/Albert Gea

    Le parlement régional de Catalogne a voté mercredi 6 septembre la loi prévoyant l'organisation d'un référendum d'autodétermination dans cette région d'Espagne, ouvrant une grave crise avec Madrid.

    La loi, qui précise aussi que le peuple catalan est « souverain », a été adoptée avec 72 voix pour et onze abstentions. Les élus opposés au scrutin qu'ils jugent illégal ont quitté l'hémicycle pour ne pas participer au vote, laissant derrière eux des drapeaux catalans et espagnols côte à côte.

    Ensuite, dans une assemblée à moitié vide, les indépendantistes ont entonné l'hymne de la Catalogne et applaudi, à l'issue d'une séance très houleuse de près de onze heures où l'opposition a tenté de freiner les séparatistes majoritaires au Parlement depuis septembre 2015.

    Le gouvernement indépendantiste de Catalogne devrait désormais signer le décret convoquant le référendum qui a été interdit par la Cour constitutionnelle.

    Inès Arrimadas, la chef en Catalogne de Ciudadanos, principal parti d'opposition au président catalan Carles Puigdemont, a de son côté annoncé qu'elle allait promouvoir une motion de censure contre lui.

    « Nous allons répondre avec toute la force et avec toutes les armes de la démocratie. » Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, n’a pas attendu longtemps. Dès qu’une majorité des députés de Catalogne ont approuvé la tenue du référendum pour s’émanciper de l’Espagne, il a annoncé des actions très fermes de la part du tribunal constitutionnel, rapporte notre correspondant à Madrid François Musseau. C’est un coup d’Etat constitutionnel, une frivolité illégalle, a renchéri sa numéro 2 Saenz de Santamaria.

    Il faut s’attendre désormais à une lutte juridique intense, à une bataille politique très violente. Madrid affirme que les urnes ne pourront pas être installées et que la « consultation illégale n’aura pas lieu ». Reste à voir comment les séparatistes réagiront. La surenchère est servie.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.